Vers un nouveau procès pour Martin Gélinas

Martin Gélinas... (François Gervais, Le Nouvelliste)

Agrandir

Martin Gélinas

François Gervais, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Nancy Massicotte
Nancy Massicotte
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) La Couronne entend bien aller de l'avant dans le dossier de Martin Gélinas: l'accusation de harcèlement criminel sera maintenue contre lui et un nouveau procès sera vraisemblablement tenu.

Tel que l'a précisé Me Louis-Charles Bal, le procureur de la Couronne responsable de ce dossier d'appel, il n'est pas question de laisser tomber les procédures contre lui, d'autant plus que la preuve contre Martin Gélinas reste la même.

«La Cour d'appel a ordonné la tenue d'un nouveau procès parce que le jugement de première instance n'était pas suffisamment motivé. Si des éléments de preuve avaient été exclus, nous aurions pu étudier la question en fonction de la preuve qui restait mais ce n'est pas le cas. De plus, on ne parle pas ici d'un troisième ou quatrième procès pour harcèlement. Ce n'est donc pas abusif», a-t-il précisé.

Au cours des prochains jours, la Couronne va donc contacter la juge coordonnatrice pour l'informer de son intention de continuer les procédures judiciaires et de tenir un nouveau procès. Des discussions consisteront notamment à trouver un juge et des disponibilités pour une semaine complète de procès.

Rappelons que la Cour d'appel du Québec a cassé la semaine passée le verdict de culpabilité contre Martin Gélinas, l'ex-vice-recteur aux ressources humaines de l'Université du Québec à Trois-Rivières, dans la cause de harcèlement criminel contre Guylaine Beaudoin, ex-directrice du service des communications de la même université.

La Cour d'appel a ordonné la tenue d'un nouveau procès pour les deux chefs d'accusation tels que portés, soit harcèlement criminel et omission de se conformer à une condition d'une promesse de comparaître.

Selon l'avocat de M. Gélinas, Me Jean-François Bertrand, c'est à la Couronne de décider s'il y a lieu ou non de recommencer les procédures même s'il plaide pour un arrêt des procédures.

Les trois juges de la Cour d'appel ont conclu que la juge Guylaine Tremblay, qui avait entendu la cause en première instance, a omis de considérer les versions livrées par M. Gélinas, versions qui contredisaient celles de Mme Beaudoin.

Elle n'a pas cru l'appelant sans pour autant fournir des explications. Elle aurait dû expliquer pourquoi elle avait condamné M. Gélinas, car ce dernier «faisait face à une accusation punissable d'une peine sévère porteuse d'un stigmate important».

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer