Une écolière aurait été abordée avec insistance par une automobiliste

Une élève de sixième année se rendait à... (Photo: François Gervais Le Nouvelliste)

Agrandir

Une élève de sixième année se rendait à l'école mercredi matin lorsqu'elle a été abordée par une dame qui lui aurait mis une certaine pression pour la faire monter dans son véhicule.

Photo: François Gervais Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Martin Lafrenière
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) La Sécurité publique de Trois-Rivières ainsi que l'équipe de l'école Richelieu gardent l'oeil ouvert à propos d'une histoire concernant une écolière qui aurait été invitée avec insistance à monter à bord d'un véhicule conduit par une inconnue.

L'enfant inscrite en sixième année se rendait à l'école mercredi matin lorsqu'elle a été abordée par une dame. Celle-ci aurait mis une certaine pression pour faire monter la jeune fille, mais cette dernière a réagi en partant à la course vers un brigadier scolaire.

La jeune fille n'aurait pas parlé de cet incident à l'école, mais l'a fait en revenant à sa maison en fin de journée. C'est à ce moment que sa mère a contacté la police trifluvienne, confirme l'agent Michel Letarte.

«Nos services l'ont rencontrée vers 16 h et nous avons pris un rapport d'événement», raconte le porte-parole de la SPTR.

L'école a été mise au courant des événements le lendemain, soit jeudi. Un mémo préparé par la direction locale de l'établissement scolaire a été envoyé aux parents des écoliers. Le mémo précise que la police a été contactée, qu'elle a pris la situation en main et que le personnel de l'école a été informé. La direction de l'école assure que tout le monde demeure vigilant.

«Tout le monde a été mis au courant de la situation. On est vigilant autour de l'école, car nous avons à coeur la sécurité de nos élèves», déclare Anne-Marie Bellerose, conseillère en communication de la Commission scolaire du Chemin-du-Roy.

Cette consigne de vigilance a été rappelée aux enfants et auprès des trois brigadiers qui travaillent autour de l'école Richelieu. La même directive a été signifiée aux patrouilleurs.

«Il faut nous donner le temps de valider les informations. Le rapport a été pris, les enquêteurs sont au courant. Nous prenons ce dossier au sérieux, mais il n'y a pas lieu de s'inquiéter outre mesure. Les enfants sont en sécurité», rappelle l'agent Letarte.

La police posséderait peu d'informations à propos de la dame.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer