Introduction par effraction chez un policier: Pierre Brunel plaide coupable

C'est une problématique de dépendance à la morphine qui serait à l'origine des... (François Gervais, Le Nouvelliste)

Agrandir

François Gervais, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Nancy Massicotte
Nancy Massicotte
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) C'est une problématique de dépendance à la morphine qui serait à l'origine des nombreux délits commis par Pierre Brunel ces derniers mois, dont cette introduction par effraction perpétrée le 3 février chez un policier de la Sûreté du Québec.

Lors de son retour devant le tribunal mardi après-midi au stade de son enquête sur caution, l'individu de 52 ans de Trois-Rivières a en effet décidé de régler tous ces dossiers et ses causes pendantes.

En présence de son avocat Me Alexandre Biron, il a alors reconnu avoir une sérieuse problématique de dépendance à la morphine et ce, depuis 20 ans. Il consomme environ deux à trois morphines par jour qu'il se procure sur le marché noir. Son comportement s'en trouve par le fait même altéré au point où il rôde la nuit sur les propriétés privées sans trop savoir pourquoi et fait des psychoses.

En octobre et novembre, il a en effet suscité bien des inquiétudes chez des citoyens de Cap-de-la-Madeleine en se baladant dans leur cour le soir et la nuit. Il en profitait pour regarder à travers les fenêtres et même pour entrer chez certaines personnes en prétendant par exemple qu'il cherchait un ami.

Le 28 octobre, il s'est notamment introduit chez une dame en ouvrant sa porte patio. Cette dernière a été réveillée par l'aboiement de ses chiens et par la voix d'un homme qui disait: «Hey! Il y a des cigarettes ici!» pour ensuite prendre la fuite en volant le paquet.

Le 3 février, sur l'heure du souper, il a été plus malchanceux. Il est entré sans le savoir chez un enquêteur des crimes majeurs de la SQ. Une fois dans le portique, il a immédiatement verrouillé la porte derrière lui et demandé à l'occupant des lieux de le cacher. Il prétendait être recherché par les policiers. Il a évidemment été rapidement maîtrisé au sol. Compte tenu de son état de santé et des propos incohérents qu'il tenait, il a été conduit à l'hôpital.

Il a donc admis tous ces faits en plaidant coupable à des chefs de flânage, d'introduction par effraction et de s'être trouvé illégalement dans une maison. Il a aussi reconnu avoir brisé des promesses puisqu'il lui était notamment interdit de se trouver dans un quadrilatère précis de Cap-de-la-Madeleine où la majorité des crimes ont été commis. Précisons que Brunel a été intercepté à deux reprises au cours des derniers mois par les policiers mais relâché avec des sommations à comparaître et des conditions à respecter.

Compte tenu de sa dépendance, il estime que la seule solution pour lui est d'avoir accès au programme de traitement par la méthadone. En ce sens, il avait déjà pris un rendez-vous avec Domrémy et ce, avant sa dernière infraction.

Après discussions, son avocat Me Alexandre Biron et la procureure de la Couronne Me Catherine Lacoursière ont fait une suggestion commune au juge Jacques Trudel qui tient compte de son peu d'antécédents judiciaires et surtout de sa problématique. Selon eux, il est clair que Pierre Brunel a davantage besoin d'aide que d'une peine de prison, d'autant que les crimes ne sont pas les plus graves.

Cette suggestion a d'ailleurs été entérinée par le juge Trudel. Il a conclu en effet que son objectif en flânant sur le terrain des gens ou en entrant dans leur maison n'était ni de voler ni de s'en prendre à quelqu'un.

Il a donc sursis au prononcé de la sentence mais plutôt imposé une probation de trois ans, dont deux ans avec suivi. Brunel devra se présenter à Domrémy d'ici le 20 février pour une thérapie et ne pas se rendre chez ses victimes.

Évidemment, il ne pourra pas avoir de morphine en sa possession ni de substances illicites. Il devra respecter un couvre-feu au cours des dix prochains mois de 22 h à 6 h et réaliser 200 heures de travaux communautaires.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer