Les Hells Angels de retour à Trois-Rivières?

Les Hells Angels pourraient rouvrir leur section de...

Agrandir

Les Hells Angels pourraient rouvrir leur section de Trois-Rivières.

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Daniel Renaud (La Presse), Gabriel Delisle
Le Nouvelliste

Les Hells Angels poursuivent leur reconstruction. Après les «chapitres» de Montréal et South, voilà que les Hells Angels du Québec s'apprêteraient à rouvrir leur section de Trois-Rivières, fermée temporairement à la suite de l'opération SharQc, a appris La Presse de diverses sources.

Le bunker des Hells Angels du chapitre de... (François Gervais, Le Nouvelliste) - image 1.0

Agrandir

Le bunker des Hells Angels du chapitre de Trois-Rivières a été démoli en juin 2015 après avoir été confisqué par le Procureur général du Québec.

François Gervais, Le Nouvelliste

«On sait que les motards travaillent là-dessus et que ce serait imminent», a-t-on dit à La Presse. Selon ces informations, au moins un motard aurait été aperçu avec une veste de la section de Trois-Rivières sur le dos, ces dernières semaines.

Les Hells Angels du chapitre de Trois-Rivières devront toutefois se trouver un nouveau lieu de réunion depuis que leur bunker du boulevard Saint-Jean a été confisqué en mai dernier par le Procureur général du Québec avant d'être démoli le 30 juin. Québec souhaitait raser rapidement ce symbole important du crime organisé.

Quelques semaines avant la démolition, des sympathisants de l'organisation criminelle s'étaient rendus sur place pour vider le contenu du bunker. Ce grand déménagement s'est déroulé sous le regard attentif de quelques policiers. Plusieurs «déménageurs» portaient des vêtements à l'effigie des Hells Angels et de groupes sympathisants comme les Red Devils ou les Death Messengers.

Depuis l'opération SharQc en 2009, le repaire était toutefois sous une ordonnance de blocage. Aucune personne ne pouvait y aller. Le groupe propriétaire des lieux devait d'ailleurs plus de 70 000 $ à la Ville de Trois-Rivières en taxes municipales impayées. Aux dernières nouvelles, la Ville négocie toujours avec Québec sur cette question. L'administration municipale souhaite récupérer ce terrain et le mettre à la disposition d'un entrepreneur afin qu'il le développe. Le maire Yves Lévesque a souvent rappelé l'importance stratégique de l'endroit, situé à la jonction des autoroutes 40 et 55.

Construit il y a 27 ans, en 1989, le bunker des Hells Angels du «chapitre» de Trois-Rivières a toujours irrité Yves Lévesque. En 2004, la Ville avait même proposé au groupe de motards de l'acheter pour 150 000 $. Mais les Hells Angels n'ont pas accepté cette offre. Ils avaient signifié au maire une fin de non-recevoir.

Les cinq sections des Hells Angels du Québec et celle de Cabarete, en République dominicaine, avaient été fermées après la frappe policière d'avril 2009, mais elles ont redémarré graduellement avec la libération de plusieurs motards, ces deux dernières années.

Rappelons que le 15 avril 2009, les policiers avaient arrêté la quasi-totalité des Hells Angels de la province. Tous les membres en règle du «chapitre» trifluvien, 28 au total, étaient visés par des mandats d'arrestation notamment pour meurtres et complots pour meurtres.

Parmi les membres en règle et sympathisants arrêtés dans la région lors de cette rafle sans précédent, on retrouvait Alain Biron, Clermont Carrier, Michel Charland, Aurèle Brouillette, Éric Giguère, Robert Groleau, Éric Larouche, Steve Rainville, Patrick Massicotte, René Monfette, Jean-Damien Perron, Elliot Perry, Stéphane Poitras, Daniel Royer, Gilles Robidoux et Sylvain Thiffault. L'ancien chef présumé des Hells Angels à Trois-Rivières, Marc-André Hinse, a aussi été arrêté dans le cadre de cette opération.

Au lendemain de cette opération policière, huit personnes, sept membres en règle et un hangaround, étaient toujours recherchées. Il s'agissait de François Hinse, Claude Gauthier, Bernard Plourde, Paul Magnan, Normand Marvin Ouimet, Marcellin Morin, Yves Gagné et Serge Gauthier (hangaround). Depuis, ils ont tous été arrêtés.

Malgré que le chapitre de Trois-Rivières était inactif depuis SharQc, il était toujours possible de se procurer des articles avec les inscriptions «support 81 Trois-Rivieres» sur le site Internet www.hamc3r.com. Les profits de la vente de ces objets étaient souvent utilisés pour payer, en partie, les frais d'avocats des motards.

Dans la province, les sections de Sherbrooke et Québec sont toujours fermées, car elles ne comptent pas le nombre minimum de six membres en règle en liberté, sans conditions. Les Hells Angels comptent également sur l'appui de plusieurs groupes supporteurs, dont les plus sérieux sont les Devils Ghosts et les Red Devils, selon la police.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer