Mario Charland de retour en prison

On voit ici Mario Charland lors de son... (PHOTO: FACEBOOK)

Agrandir

On voit ici Mario Charland lors de son arrestation l'an passé dans un parc de Trois-Rivières.

PHOTO: FACEBOOK

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Trois-Rivières) Aussitôt libéré après avoir été reconnu coupable d'actions indécentes, Mario Charland a repris le chemin de la prison. Alors qu'il lui était formellement interdit par la cour de se trouver dans un café Morgane, Charland a été arrêté dimanche dernier tandis qu'il fréquentait une succursale de cette chaîne.

Enfreignant ainsi une de ses conditions de remise en liberté imposées la semaine dernière par le juge Jacques Trudel, Charland a été, selon le FM 106,9, arrêté par les policiers pour bris de probation.

De retour en cour mardi matin à la suite de cette nouvelle arrestation, Charland a demandé au juge de le remettre en liberté. L'accusé a affirmé, toujours selon le FM 106,9, qu'il était souvent agressé en prison par d'autres détenus et que son TOC (trouble obsessif compulsif ) qui consiste à se toucher les parties génitales lorsqu'il est anxieux ne fait alors que s'accentuer.

Le juge n'a pas acquiescé à sa demande et a ordonné qu'il demeure incarcéré jusqu'à son retour devant le tribunal, le 17 février prochain. Il devra alors répondre aux accusations de bris de probation.

Rappelons que Mario Charland a été déclaré coupable le 29 janvier dernier de s'être livré à des actions indécentes le 6 août dernier.

Alors qu'il était sous le coup d'une probation en lien avec d'autres gestes de même nature commis dans des parcs publics de Trois-Rivières en 2014, Mario Charland s'était rendu au café Morgane et s'était touché les parties génitales pendant plusieurs minutes. Les clients sur place ainsi que les employés du commerce ont été témoins, bouleversés, de ces gestes obscènes.

Lorsqu'il avait été arrêté par les policiers, il n'avait pas cessé de se toucher le sexe.

Charland avait déjà passé huit mois en prison en détention préventive. La peine maximale pour un crime de cette nature étant de six mois, il a donc été remis en liberté le 29 janvier après avoir été reconnu coupable.

En plus d'une interdiction de se rendre dans les cafés Morgane du grand Trois-Rivières, Charland devait se soumettre à un couvre-feu pendant six mois.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer