Mort de Michaël Lapointe: la SQ relance l'enquête

Johanne Brodeur et Pierre Lapointe.... (Audrey Tremblay, Le Nouvelliste)

Agrandir

Johanne Brodeur et Pierre Lapointe.

Audrey Tremblay, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(La Tuque) C'est officiel, les policiers de la Sûreté du Québec du poste de l'agglomération de La Tuque reprendront l'enquête de l'accident qui a causé la mort de Michaël Lapointe. Les parents du Latuquois, Pierre Lapointe et Johanne Brodeur, ont été rencontrés à cet effet, mardi après-midi, par le directeur du poste.

Michaël Lapointe... - image 1.0

Agrandir

Michaël Lapointe

Pierre Lapointe et Johanne Brodeur ont lancé un... (Audrey Tremblay, Le Nouvelliste) - image 1.1

Agrandir

Pierre Lapointe et Johanne Brodeur ont lancé un appel sur Facebook afin de recevoir des photos du pont avant l'accident. Ils ont, entre autres, reçu cette photo où l'on voit le pont, le garde et les arbres.

Audrey Tremblay, Le Nouvelliste

«Un témoin a rapporté de nouveaux faits par rapport à la situation qui s'est produite. On va rouvrir l'enquête pour valider ces nouveaux faits. L'enquêteur va reprendre l'enquête pour valider et savoir s'il y a eu négligence criminelle ou non. Il faut d'abord valider les informations», a confirmé la sergente Annie Thibodeau, porte-parole de la SQ.

«Le lieutenant (Mario) Labonté (directeur du poste de la SQ de l'agglomération de La Tuque) va rencontrer les parents en personne pour leur expliquer ce qui s'est passé et qu'est-ce qui va se passer à partir de maintenant», a-t-elle ajouté.

Cette rencontre aura été l'occasion de faire le point sur les démarches et sur la version des parents. Ces derniers ont d'ailleurs appris que des témoins allaient être rencontrés dès jeudi par l'enquêteur au dossier.

«Il nous a assuré qu'on allait avoir un suivi. Il nous a dit aussi que ça pouvait prendre beaucoup de temps, jusqu'à trois ans même, parce qu'il s'agissait d'une enquête majeure et très complexe», a fait savoir Pierre Lapointe.

Sa conjointe, Johanne Brodeur, s'était déjà mise à la recherche d'éléments de preuve un peu plus tôt cette semaine via les médias sociaux. Elle a lancé un appel à tous pour mettre la main sur des photos du pont avant la journée de l'accident, afin de démontrer l'état des lieux. En quelques heures seulement, la publication a été partagée à près de 1000 reprises, et rapidement elle a donné des résultats.

«La photo qu'on a présentement, c'est une dame qui s'est arrêtée sur le pont l'automne tard ou le printemps tôt. Elle s'est arrêtée pour photographier son chien et l'angle de caméra se dirige exactement vers le garde-fou. On voit très bien. On voit aussi les arbres qu'il y avait là», explique M. Lapointe.

Une semaine après la publication de leur histoire dans Le Nouvelliste, les parents de Michaël Lapointe ont été très surpris de tout ce qui s'est passé et de la vitesse à laquelle les choses se sont enchaînées. Ils sont très contents que les procédures aient repris leur cours.

«Ça m'a donné une raison de me lever le matin. [...] Que l'enquête soit rouverte, c'est gros! J'ai le sentiment du devoir accompli. Je ne pouvais pas laisser tomber mon fils comme ça. Il faut que je fasse mon devoir de mère jusqu'au bout. Il ne faut plus que ça arrive des histoires comme ça», lance Mme Brodeur.

«Il y a beaucoup de compassion de la part de la population. On se fait interpeller partout. On a eu toute une vague de sympathie. On se rend compte qu'on n'est pas tout seul dans ce combat-là», ajoute M. Lapointe.

Rappelons qu'un terrible accident a coûté la vie à Michaël Lapointe le 30 septembre dernier. Sa voiture a sombré dans la rivière du Milieu après une sortie de route sur un chantier abandonné par un entrepreneur, aux abords du pont.

La semaine dernière, les parents de Michaël Lapointe avaient émotivement dénoncé la situation et l'inaction des autorités dans le dossier. À la lumière des informations présentées par Le Nouvelliste, l'avocate Me Mélanie Ricard s'était portée volontaire pour aider le couple latuquois dans leurs démarches.

Vendredi dernier, des documents et des éléments de preuves détenus par l'avocate ont été remis à la SQ de La Tuque. L'avocate souhaitait que les policiers reprennent l'enquête, avant d'envisager une plainte privée.

François-Philippe Champagne contacte la famille

L'histoire de Johanne Brodeur et de Pierre Lapointe a même eu des échos politiques. Le député fédéral dans Saint-Maurice-Champlain, François-Philippe Champagne, a contacté la famille pour leur offrir ses condoléances et même les rencontrer lors de son prochain passage dans le Haut Saint-Maurice la semaine prochaine.

«Quand une tragédie arrive dans notre communauté, c'est important en tant qu'élu d'être à l'écoute et d'offrir mes sympathies à la famille et aux amis de Michaël. J'ai demandé à les rencontrer pour tenter de mieux comprendre les faits et les circonstances entourant le drame. La famille a accepté. C'est important d'être solidaire dans nos communautés», a lancé le député Champagne.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer