90 jours de prison pour agression sexuelle sur une ado

Un homme de 26 ans, Michaël Clavet, devra purger 90 jours de prison pour avoir... (François Gervais)

Agrandir

François Gervais

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Nancy Massicotte
Nancy Massicotte
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) Un homme de 26 ans, Michaël Clavet, devra purger 90 jours de prison pour avoir agressé sexuellement une adolescente dans un contexte de relation amoureuse.

Lors de son retour devant le tribunal vendredi matin, l'individu a en effet plaidé coupable à une accusation d'agression sexuelle qui avait été portée contre lui par voie de procédure sommaire.

Le dossier est particulier puisque les faits qui lui sont reprochés sont survenus en 2013 alors qu'il entamait une relation amoureuse avec une adolescente de 14 ans alors que lui en avait 23. Même si la victime a consenti à le fréquenter et à avoir des relations sexuelles avec lui, elle n'avait pas l'âge de consentement requis.

La procureure de la Couronne, Me Catherine Roberge, et l'avocat de la défense, Me Emmanuel Ayotte, ont d'ailleurs proposé une suggestion commune de sentence au juge Bruno Langelier. Celle-ci tenait compte notamment du principal facteur aggravant soit le fait que Clavet avait été averti à trois reprises par la famille de la victime de mettre un terme à cette relation.

Il aurait dû aussi se renseigner dès le début sur l'âge de la jeune fille même si celle-ci pouvait paraître plus vieille.

La suggestion tenait compte aussi de son rapport présentenciel plutôt favorable. Clavet occupe un emploi, n'a pas un profil criminalisé (il a un seul antécédent pour vol) et il n'a pas une structure de déviance sexuelle. Les gestes posés relèveraient davantage de son immaturité et de ses carences personnelles. Enfin, la victime n'aurait pas de séquelles de cette affaire.

Le juge Langelier a entériné cette suggestion et condamné Clavet à purger 90 jours de prison de façon discontinue. Il sera également soumis à une probation pendant un an dont six mois avec suivi et il sera inscrit au Registre des délinquants sexuels pendant dix ans.

Il a aussi pris soin de préciser que les adolescents doivent être protégés des contaminations des adultes.

Dans le cas présent, Michaël Clavet aurait dû, en tant qu'adulte, ne pas commencer ce genre de relation avec cette adolescente.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer