Attouchements sexuels: la victime de l'ex-enseignant Gilles Godin témoigne

Gilles Godin... (François Gervais, Le Nouvelliste)

Agrandir

Gilles Godin

François Gervais, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Nancy Massicotte
Nancy Massicotte
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) Même si Gilles Godin, un ex-enseignant du Collège Laflèche, l'a abusée sexuellement pendant trois ans durant son enfance, la victime affirme n'éprouver aucune colère ni désir de vengeance envers lui.

C'est du moins ce qui ressort de son témoignage rendu mercredi matin dans le cadre des plaidoiries sur sentence de l'homme de 64 ans. Elle estime d'ailleurs qu'il est une bonne personne en dépit de son «manque de jugement».

«Je n'ai rien tenté pour mettre fin à ses agissements. J'ai même pris les devants. Je reconnais ma part de responsabilité. C'est pourquoi je n'ai pas porté plainte contre lui plus tôt», a-t-elle mentionné.

Cette dernière a subi des attouchements sexuels entre 1997 et 2000 alors qu'elle était âgée entre 10 et 13 ans. À raison d'une fois par semaine pendant ces trois années, Gilles Godin s'est donc livré à des attouchements sur elle, tels que des caresses et des gestes masturbatoires réciproques.

Par contre, il n'y aurait pas eu de fellation ni de pénétration même si la victime lui en avait parlé. Gilles Godin lui avait dit que c'était parce qu'elle n'avait pas 18 ans.

La jeune femme, aujourd'hui âgée de 24 ans, a raconté avoir hésité avant de porter plainte parce qu'elle n'avait pas envie de tout raconter mais surtout parce quelle savait qu'il serait jugé sévèrement par la société et que son travail serait mis en péril. Encore aujourd'hui, elle dit éprouver un malaise par rapport à la famille Godin.

Toutefois, elle s'explique mal qu'à 8-10 ans, elle ait su poser pareils gestes sexuels; il a fallu que Gilles Godin les lui apprenne. À la lumière d'un suivi psychologique, elle soutient donc avoir fait ce qu'elle devait faire en portant plainte en 2014, et ce, même si le processus juridique ne lui a finalement pas apporté tout le bien qu'elle croyait.

«Je voulais qu'il reconnaisse sa culpabilité, qu'il reconnaisse les séquelles et qu'il ne recommence plus avec d'autres. Je crois par contre qu'il ne réalise pas encore complètement l'ampleur de ses actes», a-t-elle précisé.

Elle doit vivre aujourd'hui avec plusieurs séquelles. Outre une grande colère contre sa mère (elle doute du fait qu'elle ne s'est aperçue de rien), elle éprouve une grande aversion contre les contacts physiques aussi minimes qu'une tape sur l'épaule. Elle a surtout beaucoup de difficultés à faire confiance à autrui et même à sa belle-famille lorsque vient le temps de garder son enfant.

Gilles Godin a pour sa part mentionné que jamais il ne pourrait mettre en arrière cette affaire. «La victime, c'est elle, pas moi. Elle n'a pas de malaise à avoir», a-t-il déclaré.

La défense assurée par Me Jacques Larochelle a demandé au juge Bruno Langelier qu'il impose à son client une peine dans la collectivité variant entre 12 et 18 mois. Il a rappelé que ce dernier avait eu une enfance douloureuse et connu des difficultés amoureuses qui l'ont plus tard conduit dans cette relation avec la jeune victime.

Selon des rapports de psychologues, Gilles Godin n'est pas un pédophile et ne souffre pas de déviance sexuelle. Il a aussi insisté sur les conséquences de cette affaire dans sa vie, comme la perte de sa conjointe, de son emploi et de sa réputation.

Le procureur de la Couronne Me Jean-Marc Poirier a plutôt réclamé une peine de trois ans de prison ferme en tenant compte de facteurs aggravants, tels que la durée, la fréquence, l'abus de confiance, la position d'autorité de Gilles Godin, l'âge de la victime et les séquelles.

Rappelons qu'en janvier dernier, Gilles Godin avait plaidé coupable à des chefs d'attouchements sexuels et d'incitation à des contacts sexuels sur une jeune fille.

Le juge Langelier fera connaître la sentence le 25 mai.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer