Les faits divers en bref

Une maison lourdement endommagée par le feu à Saint-Élie (Sylvain Mayer)

Agrandir

Sylvain Mayer

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Une maison lourdement endommagée par le feu à Saint-Élie

Une maison de Saint-Élie-de-Caxton a été lourdement endommagée par un incendie survenu en fin de soirée, dimanche.

Les intervenants ont été appelés sur les lieux vers 23 h 50. La maison est une perte totale.

Heureusement, les six occupants de cette résidence du chemin du Domaine Samson ont pu sortir sans être blessés. Selon la Sûreté du Québec, l'incendie est de nature accidentelle.

Abus sexuels sur une fillette: une sentence le 4 février pour Pierre Bergeron

C'est le 4 février que Pierre Bergeron de Louiseville devrait connaître sa sentence pour des abus sexuels commis sur une fillette.

Ce résidant de Louiseville avait admis en septembre dernier s'être livré à des attouchements sexuels sur une mineure et de l'avoir incité à le toucher. Les faits sont survenus entre septembre 2008 et décembre 2011. La victime était alors âgée entre 8 et 11 ans.

Les gestes qui lui sont reprochés sont des touchers sur la vulve et des caresses bucco-génitales. Il lui a également demandé de lui toucher les parties intimes à quelques reprises et il a visionné des films pornographiques avec l'enfant.

Une plainte avait finalement été portée en 2014 à la police après que la victime eut parlé des abus qu'elle avait subis à une enseignante.

Dans le cadre des plaidoiries sur sentence qui ont eu lieu lundi, la procureure de la Couronne Me Catherine Roberge a demandé 18 mois de prison.

La défense, assurée par Me Mario Melançon, a plutôt suggéré une peine variant entre six et neuf mois. Le quinquagénaire n'a aucun antécédent judiciaire. Par contre, il a abusé à plusieurs reprises de la jeune fille au cours de ces années, profitant de chaque moment où il pouvait être seul avec elle.

Notons que pour des infractions de cette nature commises à cette époque, la loi prévoyait une peine minimale de 45 jours de prison.

La juge Dominique Slater a pris la cause en délibéré.

Deux hommes accusés pour dix vols qualifiés

Dix vols qualifiés, dont un survenu le 15 janvier dernier au Coconut Bar, pourraient bien avoir été élucidés par les enquêteurs de la Sécurité publique de Trois-Rivières. Deux hommes ont été arrêtés et formellement accusés en lien avec ces crimes.

Les policiers ont arrêté la semaine dernière Francis Marcoux, 42 ans, et Stéphane Fortin, 46 ans, soupçonnés d'avoir commis plusieurs vols qualifiés, dont celui du 15 janvier dernier à l'aide d'un pistolet.

Ces deux hommes, qui ont comparu lundi au palais de justice de Trois-Rivières, seraient donc les auteurs de dix vols commis sur le territoire de Trois-Rivières entre le 6 avril 2015 et le 15 janvier 2016.

Poursuite policière à Shawinigan

Un homme de 33 ans de Shawinigan a été arrêté lundi à la suite d'une poursuite policière d'une dizaine de minutes. Vers 16 h 15, des patrouilleurs de la Sûreté du Québec du poste de Shawinigan ont tenté d'intercepter sur le boulevard des Hêtres un automobiliste qui contrevenait au code de la sécurité routière.

Celui-ci n'a toutefois pas voulu s'arrêter et a tenté de fuir les policiers en empruntant l'autoroute 55 en direction nord. Quelques instants plus tard, les policiers ont finalement réussi à intercepter l'homme sur la 26e Rue, dans le secteur Grand-Mère.

L'individu a échoué l'alcootest avant d'être rencontré par les policiers.

Il sera accusé mardi matin au palais de justice de Shawinigan de conduite avec les facultés affaiblies, de fuite, de bris de probation ainsi que de possession d'un véhicule alors que cela lui était interdit.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer