Pornographie juvénile: une sentence en avril pour Marc Deschênes

Marc Deschênes connaîtra sa sentence en avril.... (Audrey Tremblay)

Agrandir

Marc Deschênes connaîtra sa sentence en avril.

Audrey Tremblay

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(La Tuque) Marc Deschênes, un ancien enseignant de l'école secondaire Champagnat à La Tuque, reconnu coupable de possession et de distribution de pornographie juvénile, connaîtra sa sentence au mois d'avril. Les représentations sur la sentence à imposer à l'homme de 56 ans se sont déroulées, jeudi matin, au palais de justice de La Tuque.

Le procureur de la Couronne a suggéré une peine de 15 mois d'emprisonnement, en plus d'une probation de trois ans et d'un suivi de deux ans. De plus, l'accusé devrait fournir un échantillon d'ADN et se soumettre à la loi sur l'enregistrement des renseignements sur les délinquants sexuels.

Le procureur de la Couronne a fait état de plusieurs facteurs aggravants dans le dossier de M. Deschênes. Il a, entre autres, insisté sur le nombre de documents, l'âge des enfants, et le caractère «hard» des vidéos.

«Un monsieur de 50 ans qui sodomise une enfant de six ans, c'est ''hard''. Pas besoin d'être ligotée pour être ''hard'', c'est de la violence supplémentaire. Déjà, c'est assez violent», a lancé le procureur.

Il a également insisté sur les aspects de dissuasion et de dénonciation qui doivent être exemplaires.

«C'est un crime qui est de plus en plus présent, de là l'importance d'avoir des peines de plus en plus sévères», a-t-il affirmé.

L'avocate de Marc Deschênes, Me Pénélope Provencher, a pour sa part plutôt suggéré au juge une peine de sept mois d'emprisonnement avec une période de probation.

Elle a mentionné que les rapports, tant sexologique que présentenciel, sont positifs. Me Provencher a également fait valoir que son client s'était pris en main, et ce, dès son arrestation.

«Monsieur a fait des démarches volontairement, ce n'est pas une ordonnance de la Cour. C'est un médecin qu'il paie de sa poche pour suivre une thérapie. [...] Ce n'est pas un processus qui se termine en un an. Monsieur sait qu'il devra faire de la détention, mais il veut poursuivre son cheminement à sa sortie de prison», a affirmé l'avocate.

Elle a également fait remarquer que Marc Deschênes a respecté ses conditions depuis sa remise en liberté et qu'il vit avec des conséquences depuis son arrestation.

«Oui, il est à la retraite, mais c'est une retraite forcée. Il y a eu une perte d'emploi occasionnée, un déménagement également relativement à la pression qu'il subissait dans la région de La Tuque», a spécifié Me Provencher.

Le juge David Bouchard a offert la possibilité à l'accusé de s'exprimer, mais il a affirmé n'avoir rien à dire de plus que son avocate. Le juge a pris la cause en délibéré, il rendra sa sentence au mois d'avril.

Rappelons que l'individu a été reconnu coupable d'avoir eu en sa possession de la pornographie juvénile. Une perquisition avait été faite à son domicile à La Tuque, et du matériel informatique avait été saisi. Les analyses auront permis de mettre la main sur 39 000 fichiers correspondant à la description de pornographie juvénile et quelque 300 vidéos de la même catégorie.

La majorité des images représente des filles d'âge prépubère, en moyenne de cinq à douze ans, se livrant à des activités sexuelles avec des hommes, notamment, des fellations, des attouchements, de la masturbation et des relations complètes.

D'autres types d'images ont également été retrouvés dans l'ordinateur de l'ex-enseignant de l'école secondaire Champagnat de La Tuque, mais en plus petite quantité, notamment des images où il y a des relations anales et de la bestialité.

On reproche également à l'individu d'avoir, entre le 4 novembre 2012 et le 27 août 2014, distribué de la pornographie juvénile. La distribution se serait déroulée dans le cadre de conversation par le logiciel Skype avec d'autres individus, un homme particulièrement.

Rappelons que Marc Deschênes n'est plus à l'emploi de la Commission scolaire de l'Énergie. Il avait été suspendu sans solde au moment de son arrestation. Marc Deschênes a entre-temps pris sa retraite.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer