La Couronne veut faire déclarer Marc Perron délinquant à contrôler

Marc Perron... (François Gervais)

Agrandir

Marc Perron

François Gervais

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Nancy Massicotte
Nancy Massicotte
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) Marc Perron, cet homme au lourd passé judiciaire qui aurait agressé une adolescente avec une masse, fera vraisemblablement l'objet d'une requête du ministère public en vue de le faire déclarer délinquant à contrôler ou délinquant dangereux.

Lors du retour du prévenu devant le tribunal jeudi matin, la procureure de la Couronne Me Marie-Ève Paquet a en effet annoncé qu'elle allait entreprendre des démarches pour le faire déclarer délinquant à contrôler ou dangereux une fois que sa culpabilité aura été prononcée.

Outre la gravité et la gratuité du crime qui lui est reproché dans le dossier actuel, Perron compte de nombreux antécédents judiciaires en matière de crimes sexuels et de violence contre des mineurs. Dans l'éventualité où Perron serait déclaré délinquant à contrôler, il sera soumis à une peine minimale de deux ans de prison suivie d'une période de surveillance maximale de dix ans.

S'il est déclaré délinquant dangereux, il sera plutôt envoyé en prison pour une période indéterminée avec une évaluation aux sept ans. Plus près de nous, deux individus ont été déclarés dangereux dernièrement, soit le pédophile Jean-Louis Ward Loranger en 2011 et Samuel Fortier, 23 ans, en 2015 pour des gestes de violence.

Dans le cas de Marc Perron, notons par contre que le dossier est toujours au stade de l'orientation.

Son avocat, Me Yvan Braun, a demandé à la Couronne de lui faire parvenir les rapports médicaux de la plaignante lorsqu'ils seront complétés afin d'être en mesure de prendre position sur la suite des procédures judiciaires. 

Le dossier a donc été remis au 3 mars. 

Marc Perron, 56 ans, est accusé d'avoir agressé avec une masse une adolescente de 14 ans à Trois-Rivières le 13 octobre dernier. Le délit était survenu vers 19 h 50 sur la rue Laviolette. La plaignante marchait sur le trottoir pour aller rejoindre une amie.

Voyant qu'un inconnu la suivait, elle avait fait un pas de côté pour le laisser passer, mais il l'avait plutôt agrippée et lui avait asséné une dizaine de coups de masse sans aucune raison. La jeune fille avait fait semblant d'être morte afin qu'il cesse de la frapper mais voyant qu'il n'arrêtait pas, elle avait crié. C'est finalement un voisin ou un passant qui était intervenu, ce qui avait fait fuir l'agresseur.

Perron avait par la suite été arrêté et accusé de voies de fait graves, séquestration, voies de fait armées et possession de cannabis. Il doit aussi répondre à un chef de voie de fait contre un photographe du Nouvelliste. Depuis, il est détenu.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer