Triple meurtre: cause reportée au 22 janvier

L'état de santé de Me René Duval s'est... (François Gervais)

Agrandir

L'état de santé de Me René Duval s'est aggravé. Il est retourné à l'hôpital en urgence jeudi. Les plaidoiries sur sentence ont donc été reportées une fois de plus.

François Gervais

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Nancy Massicotte
Nancy Massicotte
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) Les plaidoiries sur sentence du complice de Kaven Sirois dans le dossier du triple meurtre de la rue Sicard à Trois-Rivières seront reportées à plus long terme compte tenu de l'état de santé de son 
avocat.

Me René Duval a en effet dû être conduit par ambulance à l'hôpital jeudi matin en lien avec ses problèmes de santé. Il s'est vu imposer un arrêt de travail d'au moins une semaine. Le juge Raymond W. Pronovost a alors demandé à ce que le dossier soit reporté au 22 janvier pour réévaluer la situation et ainsi pouvoir fixer de nouvelles dates. 

Le juge a cependant indiqué au jeune accusé que si son avocat devait s'absenter pour une longue période de temps en raison de ses problèmes de santé, il devrait songer à changer d'avocat en lui rappelant que la justice doit suivre son cours. 

Il s'est également excusé auprès des familles des victimes et des témoins pour les inconvénients de ces remises. Les plaidoiries sur sentence devaient débuter mardi, mais les ennuis de santé de Me Duval ont nécessité le rapport des procédures à mercredi, puis à jeudi matin. Les audiences devaient durer deux semaines. 

Rappelons que le complice de Kaven Sirois a lui aussi plaidé coupable à six accusations de meurtre au premier degré et complot pour meurtre en lien avec le drame qui avait enlevé la vie à deux soeurs et au copain de la plus jeune dans une maison du secteur Trois-Rivières-Ouest.

Il était âgé de 17 ans au moment du drame du 11 février 2014.

La Couronne, représentée par Me Hippolite Brin, réclame une peine pour adultes par le biais d'une requête en assujettissement, soit la prison à vie sans possibilité de libération conditionnelle avant 10 ans. La défense suggère plutôt une peine pour adolescents, ce qui correspond à six ans en garde fermée et quatre ans de suivi externe.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer