Les faits divers en bref

Une ex-éducatrice prend le chemin de la prison (Émilie O'Connor, Archives Le Nouvelliste)

Agrandir

Émilie O'Connor, Archives Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Trois-Rivières) Une ex-éducatrice prend le chemin de la prison

Une ex-éducatrice travaillant dans un service de garde, Julie Guimond-Allaire, devra purger une peine de 18 mois de prison ferme pour avoir fait le trafic de cocaïne et de méthamphétamine.

La femme de 37 ans, dont la défense est assurée par Me Jean-François Lauzon, a fait le trafic de ces deux substances pendant un an, soit entre le 1er février 2014 et le 28 janvier 2015.

Elle a aussi plaidé coupable aux infractions d'avoir eu ces drogues en sa possession pour des fins de trafic. Elle compte un antécédent de fraude.

Outre la peine de prison, elle sera sous probation pendant deux ans dont 18 mois avec suivi. 

Notons que les délits qui lui sont reprochés n'ont pas été commis au service de garde où elle a déjà travaillé dans le passé.

Abus sexuels sur une mineure: Denis Houle plaide coupable

Denis Houle, 46 ans de Shawinigan, a plaidé coupable, mardi matin, à un chef d'incitation à des contacts sexuels envers une mineure alors qu'il était en situation d'autorité et de confiance. 

Les faits qu'il a admis sont survenus entre janvier 1994 et janvier 1996 à Notre-Dame-du-Mont-Carmel. La victime, qui était la gardienne de ses enfants, était alors âgée entre 15 et 17 ans.

Il a donc profité de sa situation d'autorité et du lien de confiance pour l'abuser à une trentaine de reprises par des attouchements et des gestes de masturbation.

La procureure de la Couronne, Me Marie-Ève Paquet, a par ailleurs arrêté les procédures sur le deuxième chef d'agression sexuelle à la lumière de ce premier plaidoyer.

Puisqu'il n'a aucun antécédent judiciaire, son avocat Me Serge Milette a demandé à la juge Guylaine Tremblay d'ordonner la confection d'un rapport prépénal et d'un rapport sexologique en vue des plaidoiries sur la sentence, ce qui lui a été accordé. La cause a été reportée au 1er juin.

Saint-Élie-de-Caxton: tract anonyme remis à la SQ

Le maire de Saint-Élie-de-Caxton, Réjean Audet, a remis à la Sûreté du Québec un tract jugé diffamatoire et distribué à grande échelle auprès des citoyens du village.

L'auteur anonyme dénonce dans ce document les hausses de taxes imposées, dit-il, par le conseil municipal dirigé par M. Audet. 

Il affirme de plus que les conseillers offrent des privilèges à leurs amis, avant de proposer d'enfermer le maire. «En passant, ils remettent vraiment notre Saint-Élie à leurs amis(es)», a écrit l'auteur de ce tract. 

«Jusqu'à l'urbaniste qui ne sait plus comment faire son travail. Permet à un, interdit à l'autre et nous voilà avec des maisons en pneus. [...] Ça presse de l'enfermer [le maire] dans une belle remise.» 

Joint mardi, le maire Audet ne voulait pas commenter l'affaire.

Bris d'aqueduc à Trois-Rivières

Les conditions climatiques des derniers jours ont entraîné un bris de conduite d'eau potable sur la rue Walter-Dupont, à Trois-Rivières.

La Ville explique qu'il s'agit d'une conséquence des grandes variations de températures que nous venons de connaître. 

Ce bris est toutefois isolé, ce qui contraste avec l'an dernier alors que la Ville avait dû intervenir pour dégeler plus de 500 conduites d'eau potable.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer