Triple meurtre: les plaidoiries sur sentence devraient commencer mercredi

Me René Duval... (François Gervais, Le Nouvelliste)

Agrandir

Me René Duval

François Gervais, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Nancy Massicotte
Nancy Massicotte
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) Les plaidoiries sur sentence du complice de Kaven Sirois dans le dossier du triple meurtre devraient finalement commencer ce mercredi matin au palais de justice.

L'avocat du jeune homme, Me René Duval, a éprouvé des problèmes de santé qui ont nécessité une consultation médicale d'urgence à l'hôpital, ce qui a entraîné la suspension du dossier pour quelques heures au palais de justice de Trois-Rivières mardi matin.

Par le biais de son associée, Me Vanessa Lafleur, il a fait savoir en milieu de journée qu'il se portait mieux et qu'il devrait être en mesure de revêtir sa toge ce mercredi. 

Son client, âgé de 17 ans lors du drame survenu le 11 février 2014 sur la rue Sicard, avait plaidé coupable en juin dernier aux six accusations portées contre lui, soit trois chefs pour meurtre au premier degré et trois autres pour complot pour meurtre.

Il fait maintenant l'objet d'une requête en assujettissement visant à lui faire purger une peine pour adultes. Le procureur de la Couronne, Me Hippolite Brin, réclame du tribunal que le jeune homme soit condamné à une peine pour adultes, soit la prison à vie sans possibilité de libération conditionnelle avant 10 ans et non une peine spécifique pour adolescents, qui consiste en six ans de garde fermée et quatre ans de suivi externe.

Pour la journée de mercredi, Me Brin a indiqué au juge Raymond W. Pronovost qu'il allait déposer en preuve la vidéo de l'interrogatoire policier de l'adolescent lors de son arrestation. Celui-ci a duré au total 8 h 45 mais les portions jugées pertinentes par la Couronne durent environ 1 h 45.

Par la suite, des enquêteurs de la Sécurité publique de Trois-Rivières viendront décortiquer la scène de crime avec photos à l'appui, relater les événements qui se sont déroulés dans la maison et présenter quelques messages Facebook écrit par le jeune homme en lien avec le drame.

Les audiences devraient se poursuivre pendant environ deux semaines. 

Notons que pour l'instant, la loi nous interdit de le nommer à moins qu'il ne soit condamné à une peine pour adultes, comme ce fut le cas pour son complice Kaven Sirois.

Le 30 octobre dernier, ce dernier a été assujetti à une peine pour adultes par le juge Bruno Langelier. Il pourra demander une libération conditionnelle après 10 ans et non 25 ans puisqu'il était mineur à l'époque. 

Son lieu de garde n'a pas encore été déterminé.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer