Drame de Victoriaville: un copier-coller d'un cas à La Tuque

Le drame a eu lieu dans ce jumelé... (Archives)

Agrandir

Le drame a eu lieu dans ce jumelé de la rue Joffre à La Tuque.

Archives

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Martin Lafrenière
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) Le cas du poupon de Victoriaville brûlé alors qu'il avait été déposé dans son siège d'auto sur une cuisinière n'est pas sans rappeler un drame semblable survenu en octobre 1999 à La Tuque.

Un bébé d'à peine trois semaines avait perdu la vie dans des circonstances similaires. Installé dans son siège d'auto, le bébé avait été déposé sur la cuisinière durant quelques instants à peine. Sa mère était sortie à l'extérieur afin d'étendre des vêtements. L'avertisseur de fumée avait retenti, ramenant à la hâte la mère à l'intérieur. Le siège du bébé était en flammes, brûlant la petite victime.

L'enfant avait été conduit à l'hôpital de La Tuque où son décès a été constaté. De sérieuses brûlures recouvraient presque la totalité du corps du bébé.

L'enquête policière a révélé que personne n'avait remarqué un quelconque fonctionnement des éléments chauffants de la cuisinière. Cette dernière n'affichait aucune défectuosité ayant pu être à l'origine de cette mort accidentelle.

Une reconstitution de l'événement avait toutefois permis de conclure que le siège d'auto ne pouvait tenir de façon stable qu'à un seul endroit sur la cuisinière. Le siège s'appuyait alors sur les deux boutons de l'appareil électrique actionnant les éléments chauffants. De par la configuration du siège, l'un des boutons de contrôle pouvait être actionné sans que personne ne s'en aperçoive.

Le coroner Jean-Pierre Blais a remis son rapport en décembre 2000. Le docteur Blais recommandait aux fabricants de siège d'auto pour enfants d'identifier «clairement sur leurs produits l'inflammabilité de ces produits et les dangers qui s'en suivent».

Le coroner recommandait aux auteurs d'ouvrages destinés aux nouveaux parents d'aborder les dangers découlant de la pose d'un siège d'enfant sur une source de chaleur.

Le docteur Blais suggérait aux CLSC et aux centres de santé d'adopter «des programmes élaborés permettant d'intensifier la promotion de la prévention des accidents domiciliaires pédiatriques».

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer