Neuf mois de prison pour un incendiaire

Stéphane Roy aurait allumé à lui seul huit... (Olivier Croteau, Le Nouvelliste)

Agrandir

Stéphane Roy aurait allumé à lui seul huit incendies criminels dans la nuit du 14 au 15 octobre dernier à Trois-Rivières. On lui reproche notamment d'avoir mis le feu à un conteneur des Artisans de la paix.

Olivier Croteau, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Nancy Massicotte
Nancy Massicotte
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) Stéphane Roy devra purger une peine de neuf mois de prison pour une série d'incendies criminels et de méfaits commis à Trois-Rivières en septembre et octobre dernier.

Il devra également se soumettre à une probation pendant deux ans, dont 18 mois avec suivi. 

Lors de son retour devant le tribunal tout juste avant les Fêtes, l'individu âgé de 50 ans a en effet disposé de ses dossiers en présence de son avocat, Me Louis R. Lupien. Il a plaidé coupable à une quinzaine de chefs pour incendies criminels et possession de matières combustibles.

Il avait notamment mis le feu à une table à pique-nique sur la rue Champflour, un conteneur des Artisans de la paix, une voiture stationnée près du Séminaire Saint-Joseph, quatre poubelles, l'escalier du stationnement autogare et un tapis de l'Édifice Auger, pour un total de huit incendies dans la seule nuit du 14 au 15 octobre. 

Les policiers avaient réussi à lui mettre la main au collet le 15 octobre. Or, l'enquête avait ensuite permis de le relier à six autres incendies criminels commis le 21 septembre.

On parle ici de la marquise d'un bâtiment privé, d'un parasol du restaurant le Sacristain, de trois poubelles et d'un conteneur. Roy, qui a été déclaré criminellement responsable au terme d'une évaluation psychiatrique, a aussi plaidé coupable à quatre chefs de méfaits commis entre le 11 et le 15 octobre pour avoir fracassé des vitrines et des fenêtres et enfin, à une accusation d'avoir dérangé un office religieux le 13 octobre.

Au terme des plaidoiries sur sentence, le tribunal avait conclu que la peine appropriée serait de neuf mois de prison. Or, en tenant compte des trois mois de détention préventive, Roy devra purger six mois.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer