Vol à la bijouterie Donatien Dugré: les voleurs appréhendés à Montréal

La propriétaire de la bijouterie Donatien Dugré, Joanne... (François Gervais)

Agrandir

La propriétaire de la bijouterie Donatien Dugré, Joanne Cormier, se réjouit que les voleurs qui l'avaient dépouillée de ses plus beaux bijoux aient été arrêtés à Montréal.

François Gervais

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Trois-Rivières) Les voleurs avaient raflé la quasi totalité des bijoux. Du moins ceux qui avaient une certaine valeur, laissant les babioles dans les présentoirs.

On s'en souviendra, le vol spectaculaire qui a eu lieu à la bijouterie Donatien Dugré de Trois-Rivières, dans la nuit du 21 au 22 novembre dernier, avait nourri les manchettes.

Aujourd'hui, le dernier chapitre vient de s'écrire avec l'arrestation, à Montréal, des individus qui, depuis, s'étaient évaporés dans la nature.

La propriétaire de la bijouterie, Joanne Cormier, se réjouit que les voleurs aient été arrêtés. Une information confirmée par la Sécurité publique de Trois-Rivières.

Si l'on ignore pour l'heure le nombre d'individus appréhendés, Mme Cormier assure que le corps policier lui a dit qu'il s'agissait possiblement de toxicomanes et que, comme elle s'en doutait, les bijoux n'ont pas été retrouvés, du moins pour le moment. «Déjà passés, fondus et vendus pour l'or», croit la propriétaire.

Les pertes encourues étaient évaluées entre 200 000 $ et 250 000 $. «Je venais juste d'acheter tous les bijoux pour Noël», affirmait-elle en novembre.

«Les policiers nous ont dit qu'ils avaient arrêté des gars qui avaient volé une bijouterie à Montréal. Comme ici les voleurs avaient oublié un marteau et qu'il y avait des empreintes dessus, ils ont vu que c'était les mêmes voleurs. On nous a dit que c'était des gars qui étaient en probation et qui sortaient de dix ans de prison», relate Mme Cormier.

«Je suis contente qu'ils les aient arrêtés. Ça m'inquiète moins. Je me disais: ''c'est peut-être du monde de Trois-Rivières et ils vont recommencer''», note celle qui, à titre de propriétaire de bijouterie, a déjà fait face à des braquages à main armée. «C'est un peu plus rushant», souffle-t-elle.

Mme Cormier se rappelle être demeurée stoïque, le 21 novembre, tant la scène qui s'étalait devant elle la désolait. Les voleurs étaient passés par le commerce voisin pour se faufiler dans le plafond, qu'ils avaient défoncé, avant de maîtriser le système d'alarme et faire main basse sur tout ce qui contenait pierreries et précieux métaux. Aujourd'hui, Mme Cormier avoue qu'elle ne s'y laissera pas prendre deux fois.

«On a renforcé notre système de sécurité, on a changé notre coffre, on a changé notre système d'alarme», mentionne-t-elle.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer