Cédrika: des personnes ramassent de l'argent sous de fausses représentations

Claire Lefebvre et Chantale Béland organisent la vigile... (Stéphane Lessard)

Agrandir

Claire Lefebvre et Chantale Béland organisent la vigile de samedi en mémoire de Cédrika Provencher.

Stéphane Lessard

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Martin Lafrenière
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) Un grand élan de solidarité s'est dégagé de toute l'histoire entourant la disparition et le décès de Cédrika Provencher. Mais certaines personnes mal intentionnées tenteraient de profiter de ce malheur pour enrichir leur portefeuille.

Chantale Béland a appris que des gens sollicitent la population dans les commerces en leur disant qu'ils ramassent de l'argent pour la vigile en l'honneur de Cédrika Provencher. Mme Béland, qui fait partie de l'organisation de ce rassemblement, avise qu'il n'en est rien.

«On n'a jamais fait une telle demande à personne. Le but de la vigile est d'honorer la mémoire de Cédrika. C'est une cause qu'on mène avec notre coeur et on ne pense pas qu'il y ait des gens malhonnêtes qui peuvent profiter de ça. Mais je sens que des gens profitent de la situation. Je ne la trouve pas drôle. Je suis très amère. Ça ne passe pas!», lance Mme Béland, dont le ton de voix démontre clairement un haut niveau de mécontentement face à cette situation.

Mme Béland comprend difficilement comment des gens peuvent tenter de se faire de l'argent sur le dos du malheur d'une famille.

«En plus, on est dans la période des Fêtes. On ne peut pas profiter des circonstances pour ramasser de l'argent! Ça vient me chercher. En plus, ces gens ramassent de l'argent dans des commerces et les commerçants ont donné des commandites dans le passé, ils nous ont aidés.»

L'agent Michel Letarte, porte-parole de la Sécurité publique de Trois-Rivières, a été mis au courant de cette situation par Le Nouvelliste. M. Letarte rappelle aux gens ayant le désir de soutenir cette cause qu'ils peuvent le faire par la Fondation Cédrika-Provencher.

«La seule organisation qu'on connaît et qui est légitime est celle d'Henri Provencher, avec sa fondation.»

Le porte-parole de la SPTR demande aux gens témoins d'une telle sollicitation frauduleuse de contacter la police trifluvienne. Toutes les informations seront recueillies et analysées par la police. Ces informations aideront la police à retracer les faux collecteurs de fonds.

La vigile sera courue

Par ailleurs, la vigile en mémoire de Cédrika Provencher sera tenue samedi, de 16 h 18 h, au parc Chapais. L'activité semble susciter un fort intérêt, au dire de Mme Béland. «C'est difficile de dire combien de personnes seront présentes, mais on imagine qu'il y en aura beaucoup, car on s'en fait parler beaucoup.»

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer