Henri Provencher confiant que le coupable soit arrêté

Henri Provencher... (Émilie O'Connor)

Agrandir

Henri Provencher

Émilie O'Connor

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Martin Lafrenière
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) Même si la Sûreté du Québec révèle bien peu de choses concernant la progression de l'enquête sur le meurtre de sa petite-fille, Henri Provencher croit que les efforts déployés par les forces policières porteront leurs fruits.

«Il semble y avoir certains développements. Je suis pas mal certain d'arriver à savoir qui, quand, comment et pourquoi. Les policiers font tout ce qu'il faut. On se croise les doigts», déclare M. Provencher, invité à réagir au point de presse tenu jeudi matin par la SQ sur l'allure des recherches menées depuis cinq jours dans le secteur boisé où ont été découverts les ossements de Cédrika Provencher.

M. Provencher raconte ne pas être davantage au courant que le grand public des résultats de l'enquête. Cependant, il réagit positivement lorsqu'il entend la SQ affirmer qu'il faut prendre le temps de bien faire les choses dans cette chasse aux indices.

«C'est rassurant pour nous et on les encourage à agir comme ça. Et on encourage la population à donner de l'information aux policiers, si ça peut les aider.»

L'annonce de la découverte de Cédrika Provencher continue de faire les manchettes depuis la confirmation de cette nouvelle, samedi soir dernier. Depuis ce temps, les gens se montrent généreux envers la Fondation Cédrika Provencher: 3000 $ ont été récoltés en l'espace de deux jours.

«On était à sec, il nous restait 300 $, raconte Henri Provencher. On vient d'ajouter un 0 à notre 300 $! C'est pas pire pantoute. Cet argent-là va nous permettre de fonctionner jusqu'à la fin de l'année 2016.»

M. Provencher souhaite que la fondation continue de recevoir des dons afin de réaliser différents projets qui lui tiennent à coeur. Une journée mondiale de prévention des enlèvements fait partie de cette liste.

Une trousse pédagogique pour prévenir les enlèvements d'enfants est aussi du nombre des projets mis en priorité par la fondation, de même que la réalisation d'une application pour téléphones intelligents du protocole opérationnel appelé Mobilisation Cédrika, protocole qui offre une stratégie d'intervention concertée et structurée en recherche de personnes disparues.

Si la fondation veut réaliser ces projets, c'est dans le but de prévenir les enlèvements d'enfants et pour réagir plus rapidement si jamais le drame survenait.

«Je fonctionne toujours en me disant que demain matin, on ne sait pas si on peut sauver un enfant face à ça. Ça me donne un sentiment d'urgence. Je veux éviter à d'autres familles tout ce qu'on a pu vivre», conclut M. Provencher.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer