Le grand-père maternel rend hommage à Cédrika

Le grand-père maternel de Cédrika Provencher, Jean-Marie Fortier,... (François Gervais)

Agrandir

Le grand-père maternel de Cédrika Provencher, Jean-Marie Fortier, s'est rendu sur le site des recherches. Il souhaite de tout coeur que le coupable soit arrêté.

François Gervais

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Nancy Massicotte
Nancy Massicotte
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) Pour l'une des rares fois depuis la disparition de Cédrika Provencher en juillet 2007, son grand-père maternel, Jean-Marie Fortier, est sorti de l'ombre mardi après-midi en se présentant sur le site des recherches à Trois-Rivières pour rendre un hommage bien particulier à sa petite-fille.

Le moment a été particulièrement difficile pour lui, surtout lorsqu'il s'est approché du mémorial où plusieurs personnes avaient pris soin de déposer au cours des derniers jours des fleurs et surtout des peluches qu'il considère comme l'emblème de Cédrika. «Ça fait chaud au coeur de voir qu'autant de gens pensent encore à Cédrika après autant d'années et qu'ils lui donnent des oursons», a-t-il précisé. 

À chaque année, il donnait à la petite un ourson de collection. Même après sa disparition, il a continué à lui en acheter à Noël avec l'espoir de lui donner un jour en mains propres. Mardi après-midi, lui et sa femme ont donc offert des fleurs et l'un de ces petits toutous miniatures que Cédrika accrochait dans l'arbre de Noël des ses grands-parents. 

Comme bien d'autres personnes, il avait toujours gardé espoir de la retrouver. «Pour être honnête, je demandais dans mes prières qu'on puisse au moins retrouver son corps afin de lui rendre un dernier hommage. Le miracle s'est produit grâce à ces chasseurs. Surtout dans pareilles conditions. Ça nous apporte un certain soulagement», a-t-il avoué, la voix tremblante. 

Il a appris la terrible nouvelle samedi soir vers 23 h en écoutant les nouvelles à la télévision. Quelques minutes plus tard, sa fille, Karine Fortier - la mère de Cédrika - l'a appelé pour lui confirmer la découverte des ossements. Elle venait tout juste de rencontrer les policiers. «Nous avions encore des espoirs mais rien ne nous prépare à tout ça», a-t-il ajouté.

Interrogé sur le moral de sa fille Karine, qui a demandé le respect de son intimité dans pareilles circonstances, il a timidement répondu qu'elle allait bien. «Elle fait de gros efforts même si ce n'est pas facile. Il y a des jeunes enfants derrière elle qu'elle doit protéger.» 

Il a aussi tenu à remercier personnellement les policiers qui participent aux recherches. «C'est très important comme déploiement et ces policiers travaillent dans des conditions pas faciles», a-t-il noté. M. Fortier souhaite de tout coeur que ces derniers finiront pas mettre la main au collet du coupable. «On ne peut pas dire qu'il n'y a pas d'efforts qui ont été faits. C'est triste à dire mais, des fois, ceux qui font le mal finissent pas s'en sortir pendant que de notre côté, on souffre pour ça», a-t-il déploré. 

C'est pourquoi il invite les gens qui détiennent des informations pertinentes à sortir de leur silence et à contacter les policiers au 1-800-659-4264. «Il y a sûrement quelqu'un, quelque part qui a des informations qui pourraient servir aux policiers. C'est impossible que personne n'ait entendu parler de quelque chose», a-t-il conclu.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer