Cédrika: la petite fille adoptée par le Québec

Le député Pierre-Michel Auger est venu se recueillir... (Olivier Croteau)

Agrandir

Le député Pierre-Michel Auger est venu se recueillir près de l'endroit où Cédrika Provencher a été retrouvée. Il était accompagné de son fils Zachary, quatre ans.

Olivier Croteau

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Trois-Rivières) Rarement un dossier touchant la disparition d'un enfant aura-t-il fait couler autant d'encre au Québec. Dimanche, les réactions ont été nombreuses à la suite de la confirmation que les ossements retrouvés vendredi dans le secteur Sainte-Marthe étaient ceux de Cédrika Provencher.

Tôt dimanche matin, le député de la circonscription de Champlain, Pierre-Michel Auger, a été l'un des premiers à aller se recueillir près du périmètre de la Sûreté du Québec, à la sortie 210 est de l'autoroute 40. Il était en compagnie de son plus jeune enfant, âgé de quatre ans.

M. Auger aujourd'hui chez les libéraux mais à l'époque avec l'Action démocratique, était aussi en poste lorsque la fillette a disparu, en 2007. Comme plusieurs autres, il a peiné à trouver le sommeil samedi soir après avoir appris que la fillette, dont le visage aux taches de rousseur a été tapissé aux quatre coins de l'Amérique, avait été retrouvée sans vie.

«Il y a tellement de gens qui ont été impliqués là-dedans, des bénévoles, des policiers, que ça en est devenu une affaire personnelle. À Québec, partout, tout le monde a entendu parler de cette affaire.»

Le politicien, qui a offert ses sympathies à la famille, croit que ce nouveau chapitre devrait mener à un débat à l'Assemblée nationale au sujet de la création d'un registre des prédateurs sexuels.

«Je suis convaincu que lorsqu'on retournera à Québec en 2016, il y aura des discussions à ce sujet. Je vais sûrement le soulever parce que ça m'interpelle. Je ne peux pas prendre fait et cause, au moment où l'on se parle, pour le gouvernement, mais c'est sûr que le débat va être relancé.»

Par l'entremise de Twitter, les premiers ministres du Canada et du Québec, Justin Trudeau et Philippe Couillard, ont eux aussi fait parvenir leurs sympathies à la famille de la disparue, tout comme les chefs du Parti québécois, Pierre-Karl Péladeau et de la Coalition Avenir Québec, François Legault.

Le réalisateur Stéphan Parent, qui réalise actuellement un documentaire sur la disparition de la jeune fille, n'est pas surpris de voir que même les personnages les plus influents sont touchés par les derniers dénouements dans ce dossier.

«C'était la petite fille de toute la population. Tout le monde voulait contribuer à sa façon. Tout le monde avait à coeur de la retrouver. Ce qui est encore plus incroyable, c'est de considérer qu'elle était tout près et que nous ne l'avons pas vue», note-t-il.

Le chroniqueur judiciaire Claude Poirier et Martin Provencher... (Archives, Le Nouvelliste) - image 2.0

Agrandir

Le chroniqueur judiciaire Claude Poirier et Martin Provencher en 2007.

Archives, Le Nouvelliste

De nouvelles avancées

Le chroniqueur judiciaire Claude Poirier avait été l'une des personnalités les plus actives lors de la disparition de Cédrika Provencher. Dimanche, il soulignait que, selon ses sources, les policiers ont toujours eu une piste sérieuse dans cette enquête, mais que ce dernier dénouement pourrait représenter la clé du puzzle.

«Les policiers ont peut-être des preuves, mais il manque quelque chose. Avec la découverte, on a une scène de crime. Ça parle, une scène de crime. Peut-être que ça va permettre de trouver des indices, de l'ADN. Si la personne regarde (les reportages télévisés), elle doit être extrêmement nerveuse», a-t-il dit sur les ondes de LCN.

«On est chanceux, il n'y a pas de neige. Si nous avions un hiver normal, nous ne serions pas en train de parler de Cédrika Provencher aujourd'hui. Heureusement qu'il y a des chasseurs qui sont passé par là et chapeau au monsieur, qui n'a pas sali la scène de crime», a-t-il ajouté.

Un deuil à faire

Avec une présence médiatique si forte qu'elle avait été le sujet le plus discuté dans les médias lors de l'été 2007, devant la guerre en Afghanistan, la disparition de Cédrika Provencher aura captivé tout le Québec, à l'image de deux autres disparitions, celles de Jolène Riendeau et de Julie Surprenant. Les Provencher pourront maintenant tenter de faire leur deuil, explique Pina Arcamone, directrice générale d'Enfant-Retour Québec, qui promet que l'organisme viendra en aide à la famille.

«C'est une étape qui permet à la famille de faire son deuil. C'est une étape importante, comme l'a vécue la famille de Jolène Riendeau, qui a été retrouvée après 12 ans. Même si les familles gardent un espoir, elles sont aussi réalistes et savent qu'il y a une possibilité que l'enfant soit décédé après toutes ces années. C'est leur pire crainte qui s'est confirmée (samedi), mais la famille a eu sa réponse et elle pourra commencer à vivre son deuil. Elle pourra préparer les funérailles et avoir un lieu où elle pourra aller se recueillir en sachant que l'enfant ne souffre plus», conclut-elle.

«Je suis de tout coeur avec la famille... - image 4.0

Agrandir

«Je suis de tout coeur avec la famille de Cédrika Provencher. Puissiez-vous enfin faire votre deuil. Que Cédrika repose maintenant en paix.» - Justin Trudeau

«Mes pensées vont à la famille et aux... - image 4.1

Agrandir

«Mes pensées vont à la famille et aux proches de Cédrika Provencher afin qu'ils puissent vivre leur deuil en paix.» - Philippe Couillard

Ils ont dit

Pina Arcamone Enfant-Retour Québec

«Les familles veulent la vérité, qu'elle soit bonne ou mauvaise. Elles veulent avoir cette certitude. Malheureusement, ce n'est pas le dénouement souhaité, mais elles ont une réponse.»

Guy A. Lepage, animateur

En 2008, on avait reçu le père de Cédrika, Martin Provencher, à Tout le monde en parle. Nos condoléances à toute la famille.

François Legault, chef de la Coalition Avenir Québec

«Tristesse et colère! Mes pensées sont avec les parents de Cédrika Provencher!»

Pierre-Hugues Boisvenu, sénateur et père de Julie Boisvenu, assasinée

«Maintenant il est temps de savoir qui est ce monstre derrière le meurtre crapuleux. La découverte du corps de Cédrika nous confirme l'urgence du gouvernement du Québec d'investir dans un registre public des prédateurs sexuels plutôt que dans un inutile registre des armes longues.»

Caroline Lachance, mère de David Fortin, disparu

«Je ne peux pas faire autrement que de m'imaginer que c'est mon enfant à moi.»

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer