Le corps de Cédrika Provencher retrouvé

Cédrika Provencher était portée disparue depuis 2007. La... (Photothèque Le Soleil)

Agrandir

Cédrika Provencher était portée disparue depuis 2007. La jeune fille était alors âgée de 9 ans.

Photothèque Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Trois-Rivières) Après plus de huit ans d'interminable attente, la disparition de Cédrika Provencher est enfin résolue. En effet, les policiers de la Sûreté du Québec ont confirmé que les restes humains découverts vendredi après-midi, aux abords de l'autoroute 40 en direction est, dans un secteur boisé situé non loin de la sortie 210 à Trois-Rivières (secteur Sainte-Marthe-du-Cap), près de Saint-Maurice, sont bel et bien ceux de la jeune fille disparue depuis le 31 juillet 2007 à l'âge de 9 ans.

Les ossements ont été retrouvés dans un petit sentier de marche, à quelque 500 mètres de la route perpendiculaire à la sortie 210, après que des passants eurent averti les policiers.

La Sûreté du Québec refusait alors de confirmer ou d'infirmer s'il s'agissait de restes d'enfant ou d'adulte. L'information a été validée dans la nuit de samedi à dimanche. «Aujourd'hui, nous sommes en mesure de confirmer qu'il s'agit bel et bien de Cédrika, disparue alors qu'elle était âgée de 9 ans», peut-on lire dans le communiqué du service de police.

Vendredi, les ossements avaient été acheminés au Laboratoire de sciences judiciaires et de médecine légale.

Samedi, la nouvelle s'est rapidement propagée sur les réseaux sociaux. Évidemment, sur toutes les lèvres, un seul nom: Cédrika Provencher, cette jeune Trifluvienne disparue en 2007 à l'âge de 9 ans.

Par voie de communiqué, la Sûreté du Québec indique que «l'enquête est  toujours en cours et pour le moment, afin de ne pas nuire à celle-ci, la Sûreté du Québec n'émettra pas d'autres commentaires. Toute information relative à cette enquête, peut être communiquée, et ce, de façon confidentielle, à la Centrale d'information criminelle de la Sûreté du Québec, au 1 800 659-4264.»

La famille encaisse le choc

Le grand-père de Cédrika, Henri Provencher, a appris la triste nouvelle samedi soir, comme le reste de la famille de la fillette. «Ce n'est pas facile», a-t-il confié.

Joint en toute fin de soirée, le fondateur de la Fondation Cédrika Provencher était quand même en partie soulagé de savoir la vérité sur Cédrika. Sauf que pour lui, beaucoup de questions demeurent. Pour l'homme, la prochaine étape va être de trouver «qui, quand, comment et pourquoi. On va s'arranger pour trouver le coupable», affirme-t-il.

C'est son fils qui lui a annoncé la mauvaise nouvelle durant la soirée. «On espérait la retrouver vivante, mais on est assez allumés pour savoir que ça pouvait être l'inverse aussi. Maintenant on le sait», a-t-il ajouté. Quant à la question de l'avenir de la Fondation Cédrika Provencher, il n'est pas question de cesser le travail. «La fondation va être là plus que jamais pour empêcher que cela arrive à d'autres familles», a-t-il conclu.

Avec Le Soleil

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer