Manquements déontologiques: le dentiste André Morisset plaide coupable

Catherine Raymond, ancienne directrice générale de la Société... (Archives, Sylvain Mayer)

Agrandir

Catherine Raymond, ancienne directrice générale de la Société de développement commercial du centre-ville de Trois-Rivières, a porté plainte contre le dentiste André Morisset. Différents traitements dentaires lui ont causé de la souffrance.

Archives, Sylvain Mayer

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Nancy Massicotte
Nancy Massicotte
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) Le dentiste de Trois-Rivières, André Morisset, a finalement plaidé coupable, jeudi, aux accusations portées contre lui par le syndic de l'Ordre des dentistes de Québec en lien avec le dossier d'une ancienne cliente, Catherine Raymond.

Dans le cadre d'audiences du conseil de déontologie qui se sont tenues à Montréal, le dentiste a en effet admis avoir commis des manquements déontologiques entre 2010 et 2013, soit d'avoir posé des diagnostics, établi des plans de traitement et procédé à des traitements sans avoir une connaissance suffisante des faits, de sorte que les traitements étaient inappropriés et ne respectaient pas les normes scientifiques en médecine dentaire.

Il a aussi omis de respecter son devoir d'information et de consigner dans le dossier dentaire les informations requises. Il a aussi effectué un suivi postopératoire de façon inappropriée. Selon le service des communications de l'Ordre des dentistes, il y a par ailleurs eu un arrêt des procédures sur le septième chef qui était d'avoir commis des actes dérogatoires à l'honneur de la profession en falsifiant des documents. 

Rappelons que cette affaire a débuté par une plainte déposée en 2013 par l'une de ses clientes, , aporté pl. Elle lui reprochait alors d'avoir falsifié son dossier, d'avoir banalisé son état et d'avoir manqué de professionnalisme.

Le Dr Morisset lui avait fait un traitement de canal, un limage de quatre dents et la pose de quatre couronnes temporaires. Or, la patiente avait vécu beaucoup de souffrances qui ont perduré au fil des mois. Elle avait alors consulté un spécialiste en orthodontie qui, après examen, avait découvert notamment qu'une ouate avait été oubliée dans un canal dentaire de la patiente. 

Une recommandation commune de sanction a été soumise par les parties au conseil de discipline. On propose une radiation totale de trois mois (elle inclut plusieurs radiations d'un à trois mois concurrentes entre elles), 9000 $ en amendes et l'obligation pour le Dr Morisset de suivre des stages en prosthodontie et endodontie. La recommandation a été prise en délibéré. Une décision devrait être rendue au début de l'année 2016 à savoir si elle est entérinée ou non.

En entrevue à Radio-Canada Mauricie-Centre-du-Québec, Catherine Raymond a avoué être déçue. «On est loin de ne plus voir des cas comme le mien», a-t-elle dit. «Punir un professionnel qui a commis des fautes c'est une chose. Les prévenir, c'est autre chose.»

Par ailleurs, une poursuite civile de 300 000 $ avait aussi été intentée par Mme Raymond contre le Dr Morisset mais elle a donné lieu a à une entente hors cour dont le contenu est confidentiel.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer