Une ancienne surveillante d'école coupable d'agressions sexuelles

Nancy Lafontaine, que l'on voit avec le visage... (François Gervais)

Agrandir

Nancy Lafontaine, que l'on voit avec le visage couvert, a pris les moyens qu'il fallait pour ne pas être reconnue lors de son passage au palais de justice de Trois-Rivières, lundi.

François Gervais

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Nancy Massicotte
Nancy Massicotte
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) Nancy Lafontaine, 43 ans, une ex-surveillante de l'Académie Les Estacades, devra purger 90 jours de prison les fins de semaine pour avoir eu des relations sexuelles avec deux mineurs.

La preuve a révélé que les deux élèves, qui étaient âgés de 16 et 17 ans lors de la commission des événements, étaient consentants. Ce ne sont pas eux qui ont porté plainte mais plutôt la direction de l'institution scolaire. Qui plus est, ils n'auraient nullement été affectés par lesdites relations.

En effet, ce sont des rumeurs au sein de l'école qui ont alerté la direction. Un premier élève, âgé de 16 ans, a d'ailleurs été rencontré. Au départ, il a tout nié en bloc pour finalement avouer qu'il avait eu des relations avec Mme Lafontaine.

Tel que l'a expliqué Me Catherine Roberge, procureure aux poursuites criminelles et pénales, les deux ont commencé à se texter. Comme les messages devenaient de plus en plus explicites, un premier rendez-vous sexuel a été fixé dans une salle de machines de l'école. Ils se sont revus à une autre reprise, toujours à l'école, pour d'autres échanges sexuels. Ces événements sont survenus en mars 2013.

L'enquête faite au sein de l'école a également permis de révéler l'existence d'une autre aventure sexuelle impliquant Mme Lafontaine et un élève de 17 ans. Encore là, la relation avait débuté par un échange de messages sur les réseaux sociaux pour ensuite donner lieu à une relation sexuelle complète. La rencontre avait cependant eu lieu à l'été 2012 dans un chalet à l'extérieur de Trois-Rivières. Une plainte avait donc été portée à la police par l'école.

Dans cette affaire, Mme Lafontaine était cependant en position d'autorité en raison de son travail et elle savait que les deux jeunes étaient mineurs lorsqu'elle a eu des relations sexuelles avec eux. C'est pourquoi elle a finalement plaidé coupable, lundi, à deux chefs d'agression sexuelle. Il y a eu un arrêt des procédures sur les chefs d'attouchements sexuels.

Visiblement bouleversée, elle a manifesté ses regrets au juge Guy Lambert. «Si vous saviez à quel point je le regrette. Je suis désolée», a-t-elle déclaré en pleurant.

Il est vrai que son arrestation et les accusations qui ont été portées contre elle ont eu un impact énorme dans sa vie. Son avocat,Me Simon Ricard, a indiqué que Mme Lafontaine avait perdu son emploi à la Commission scolaire du Chemin-Du-Roy et son conjoint dans le cadre d'une rupture.

Elle a ensuite dû retourner aux études afin de réorienter sa carrière. Elle a aussi déménagé dans une autre région. Elle doit également bénéficier d'un suivi psychologique.

À la suite de discussions, les deux parties ont convenu d'une suggestion commune de sentence qui a été soumise au juge Lambert. Les avocats ont expliqué que cette suggestion de 90 jours de prison tenait compte de son absence d'antécédents judiciaires, de son plaidoyer de culpabilité, du risque de récidive qui est jugé très faible, de ses remords et des conséquences que cette affaire avait eu dans sa vie et des efforts qu'elle a fait pour s'en sortir.

Plusieurs lettres signées par des proches et des collègues de travail ont été déposées au juge pour démontrer à quel point elle était appréciée.

Le juge a entériné la sentence, estimant qu'elle n'était pas déraisonnable. Il a tenu compte des nombreux facteurs atténuants mais aussi de la fragilité des adolescents à cet âge et de la position d'autorité dont elle bénéficiait.

Mme Lafontaine devra également se soumettre à une probation pendant deux ans et sera inscrite au Registre des délinquants sexuels à vie.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer