Procès de Guy Turcotte: la défense présente sa plaidoirie

Guy Turcotte... (PHOTO PATRICK SANFAÇON, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

Guy Turcotte

PHOTO PATRICK SANFAÇON, ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Presse Canadienne

Il ne faut pas mêler l'horreur que suscite le meurtre de deux enfants par leur père avec sa défense de non-responsabilité criminelle pour cause de troubles mentaux, a fait valoir l'avocat de Guy Turcotte, Pierre Poupart, au premier jour de sa plaidoirie.

Me Poupart a débuté son argumentation mardi après-midi, au palais de justice de Saint-Jérôme.

Il n'a pas exposé au jury sa théorie de ce qui s'est passé le soir du drame, le 20 février 2009.

Il semble préférer une autre façon de faire, soit de passer toute la preuve au peigne fin, élément par élément.

«Il s'agit d'éléments dont vous pouvez tenir compte pour vous faire une tête sur comment les choses se sont passées, et quand», a-t-il dit au jury.

Car malheureusement l'accusé n'est pas capable de nous aider, a-t-il ajouté.

Il faisait ainsi référence au fait que Guy Turcotte affirme ne pas se souvenir de tout ce qui s'est passé ce soir-là. Il soutient n'avoir que des souvenirs fragmentaires, des «flashes» de certaines portions de la soirée.

«Il y a deux explications possibles, a fait valoir le procureur de Guy Turcotte. Soit il est un manipulateur de première, un génie, soit ces événements-là ont laissé une absence de mémoire tragique qui n'ont laissé que des fragments puissamment intégrés dans son cerveau.»

Selon son avocat, il est notamment manifeste que Guy Turcotte a bu du lave-glace avant de poignarder à mort ses deux enfants.

Il tire cette conclusion de plusieurs éléments de preuve, notamment le fait que le bouchon du bidon de lave-glace n'était pas taché de sang.

Et on peut en inférer qu'il y a eu au moins deux consommations de lave-glace, a-t-il ajouté.

Manifestement tendu, Guy Turcotte semblait écouter avec attention les arguments de son procureur principal, dans une salle bondée à laquelle des membres du public n'ont pu avoir accès mardi, faute de place.

Me Poupart a aussi tenté de miner la crédibilité de l'enquête policière parce que l'équipe dépêchée sur place n'a pas jugé bon d'analyser les taches brunâtres sur le lit de Guy Turcotte, ni les prélèvements dans le bain.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer