Mathieu Grégoire ébranlé par la comparution de Jérémie Roy

Jérémie Roy... (Courtoisie La Sentinelle)

Agrandir

Jérémie Roy

Courtoisie La Sentinelle

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Nancy Massicotte
Nancy Massicotte
Le Nouvelliste

(Shawinigan) La comparution de Jérémie Roy, 20 ans, cet individu qui aurait agressé Mathieu Grégoire au Festival western de Saint-Tite dans un geste qualifié d'homophobe par la présumée victime, a finalement eu lieu lundi, en toute fin d'après-midi, au palais de justice de Shawinigan.

C'était la première fois que le jeune Grégoire, 21 ans, avait l'occasion de revoir le visage de son présumé agresseur depuis le 19 septembre. Au cours de la journée, il avait avoué être très stressé à cette idée. Leurs yeux se sont d'ailleurs croisés un court instant lorsque le prévenu a quitté le box des accusés. Or, cette courte comparution a suffi à bouleverser grandement le jeune homme, qui était alors entouré des membres de sa famille. Il a quitté la salle d'audience d'un pas vif pour se rendre à la salle de bain afin d'y reprendre le contrôle de ses émotions. Entre-temps, il a pu bénéficier du support des intervenants de CAVAC.

Mais, à sa sortie de la salle de bain, une heure plus tard, il a été incapable de s'adresser aux médias. Il avait encore les larmes aux yeux et sa voix tremblait. Il a reporté ses commentaires à mercredi.

Jérémie Roy n'a pour sa part manifesté aucune émotion particulière lors de sa comparution, qui été de courte durée. Son avocat Me Alain Blanchard a indiqué au juge Guy Lambert qu'il venait tout juste de recevoir la preuve. L'enquête sur caution a donc été reportée à sa demande à mercredi. Des témoins devraient alors être assignés. À cette date, le juge devra déterminer s'il remet ou non le prévenu en liberté durant les procédures judiciaires.

Rappelons que le suspect, un boxeur amateur de Chibougamau, aurait tabassé à coups de bouteille de bière Mathieu Grégoire après l'avoir injurié sur son orientation sexuelle dans la nuit du 19 septembre à Saint-Tite. Il fait face à des accusations de voies de fait armées et voies de fait causant des lésions.

Il est déjà détenu pour d'autres causes à Chibougamau. Il a des causes pendantes pour des infractions commises dans sa région et des antécédents judiciaires en matière d'introduction par effraction, voie de fait, bris de conditions et de bris de probation.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer