Coaccusé du triple meurtre: plaidoyers pour une peine pour adultes en janvier

Le triple meurtre du 11 février 2014 a... (Stéphane Lessard)

Agrandir

Le triple meurtre du 11 février 2014 a profondément marqué Trois-Rivières.

Stéphane Lessard

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Nouvelliste

À compter du 12 janvier, ce sera au tour du complice de Kaven Sirois dans le triple meurtre de la rue Sicard à Trois-Rivières de faire l'objet d'une requête en assujettissement visant à lui faire purger une peine pour adultes. 
Tout comme cela avait été le cas pour le jeune Sirois, cette requête et les plaidoiries sur sentence devraient durer environ trois semaines. Elles se dérouleront devant le juge Raymond W. Pronovost.

Kaven Sirois... (François Gervais) - image 1.0

Agrandir

Kaven Sirois

François Gervais

Hier, lors du retour devant le tribunal du jeune homme en présence de son avocat Me René Duval, le procureur de la Couronne, Me Hippolite Brin, a indiqué avoir reçu toutes les expertises. À la lecture de celles-ci, il a fait savoir qu'il n'entendait pas demander de contre-expertise. Même chose pour Me Duval qui a cependant précisé qu'il allait avoir un expert, soit le psychiatre Louis Morrissette.

Le processus sera sensiblement le même que celui utilisé pour la requête en assujettissement de Kaven Sirois. Pour faire sa preuve, la Couronne déposera notamment la vidéo de l'interrogatoire policier de l'adolescent lors de son arrestation, une partie de l'appel 911 logé par l'une des trois victimes, une preuve documentaire qui inclut les messages textes et sur Facebook et les explications sur la scène de crime. Plusieurs experts défileront ensuite à la barre des témoins. Les familles auront de nouveau l'occasion de se faire entendre.

Ce sera ensuite au tour de la défense de faire sa preuve.

Rappelons que le 26 juin dernier, cet adolescent qui était âgé de 17 ans le 11 février 2014, avait plaidé coupable aux six accusations portées contre lui pour le triple meurtre de la rue Sicard à Trois-Rivières, soit trois chefs pour meurtre au premier degré et trois autres pour complot pour meurtre.

Avec la requête en assujettissement, la Couronne veut lui faire purger une peine pour adultes, soit la prison à vie sans possibilité de libération conditionnelle avant 10 ans et non une peine spécifique pour adolescents, qui consiste en six ans de garde fermée et quatre ans de suivi externe. Rappelons qu'on ne peut le nommer, à moins qu'il écope d'une peine pour adulte.

Son complice, Kaven Sirois, a pour sa part été assujetti le 30 octobre dernier. Le juge Bruno Langelier avait conclu dans son cas qu'une peine spécifique pour adolescents ne serait pas suffisante pour qu'il se responsabilise face aux gestes posés et pour protéger le public, d'où la peine de prison à vie. Il sera éligible à une libération conditionnelle avant 10 ans et non 25 ans puisqu'il était mineur à l'époque.

Toutefois, si l'on tient compte de sa détention préventive, il lui reste donc un peu moins de huit ans et quatre mois à purger avant de pouvoir demander cette libération conditionnelle.

Le 11 janvier, les avocats reviendront par ailleurs devant le tribunal pour plaider sur le milieu de garde à privilégier. Les possibilités qui s'offrent au jeune homme maintenant âgé de 18 ans sont l'Institut Philippe-Pinel, une prison provinciale ou le pénitencier.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer