Pornographie juvénile: Daniel Fiset fait face à dix chefs d'accusations

La Sûreté du Québec a mis un terme, mercredi matin, aux activités illicites... (Émilie O'Connor, Archives Le Nouvelliste)

Agrandir

Émilie O'Connor, Archives Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Nancy Massicotte
Nancy Massicotte
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) La Sûreté du Québec a mis un terme, mercredi matin, aux activités illicites d'un homme de 62 ans, Daniel Fiset, soupçonné d'avoir commis plusieurs infractions en lien avec la pornographie juvénile au cours des huit dernières années. 

L'individu domicilié dans le secteur Cap-de-la-Madeleine a été arrêté par l'Équipe d'enquête sur l'exploitation sexuelle des enfants sur Internet en même temps que cinq autres hommes aux Québec. Une perquisition a d'ailleurs été faite à son domicile afin d'y saisir des ordinateurs et autres éléments pertinents dans le cadre de l'enquête. Des expertises seront faites mais d'ores et déjà, il semble que la quantité de fichiers serait très  importante. 

En vertu de la plainte autorisée par la procureure de la Couronne Me Martine Tessier, Daniel Fiset fait face à dix chefs d'accusations. On lui reproche notamment d'avoir accédé, possédé et distribué du matériel de pornographie juvénile entre le 28 octobre 2007 et le 28 octobre 2015. Il est également accusé d'avoir produit de la pornographie juvénile le 28 octobre dernier. Il a comparu hier en milieu d'après-midi. 

Comme il n'a aucun antécédent judiciaire, la Couronne ne s'est pas objectée à sa remise en liberté. Fiset devra cependant respecter de sévères conditions tout au long des procédures judiciaires. Outre un engagement financier sans dépôt de 1000 $, il lui sera interdit d'accéder à Internet sauf sur les lieux de son travail et sous la supervision de son employeur en autant que celui-ci soit averti des présentes accusations. Il lui sera également interdit de posséder un ordinateur ou tout autre appareil lui donnant accès à Internet. Il devra permettre à un agent de la paix l'accès à son domicile, et ce, en tout temps afin qu'il puisse vérifier le respect de ses conditions.

Il ne pourra être en présence de mineurs, se rendre dans des lieux publics comme des parcs ou des terrains d'écoles où des mineurs sont susceptibles de se trouver et occuper un emploi qui le mettrait en contact avec des mineurs. 

Interrogé par le tribunal s'il avait un avocat, le prévenu a répondu non car il entend se représenter seul. Or, compte tenu de la nature et de la gravité des accusations, on lui a fortement suggéré de se trouver un avocat. Il devra revenir en cour le 9 décembre. 

Fiset et les cinq autres individus auraient été repérés par les forces policières allemandes lors du téléchargement d'un fichier de porno juvénile d'une rare violence. Le dossier a alors été transféré à la Sûreté du Québec.

Il est important de ne pas le confondre l'accusé avec un autre Daniel Fiset, 65 ans, un courtier immobilier à la retraite bien connu dans la région.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer