Terrain de l'ancien bunker des Hells: Trois-Rivières et Québec négocient toujours

Les négociations entre la Ville de Trois-Rivières et... (François Gervais)

Agrandir

Les négociations entre la Ville de Trois-Rivières et Québec concernant le terrain de l'ancien bunker des Hells Angels de Trois-Rivières se poursuivent.

François Gervais

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Trois-Rivières) La Ville de Trois-Rivières et Québec ne se sont toujours pas entendus au sujet du sort du terrain qui accueillait le bunker du chapitre trifluvien des Hells Angels, un bâtiment emblématique du crime organisé démoli l'été dernier.

«Nous poursuivons les négociations avec Québec au sujet de l'avenir du terrain», explique Yvan Toutant, le porte-parole de la Ville de Trois-Rivières.

Les pourparlers concernent l'avenir du terrain, mais aussi les quelque 72 000 $ en taxes impayées par les anciens propriétaires des lieux. «La question des taxes impayées fait partie de ces négociations», note M. Toutant. «Les discussions entourant ces sujets sont toujours longues et complexes. On n'a qu'à penser au cas de l'église Saint-Philippe qui revient dans l'actualité et traîne en longueur.»

L'intention de la Ville est de prendre possession du terrain pour le développer. Celle-ci juge que le terrain situé sur le boulevard Saint-Jean, en bordure de l'autoroute 55 et non loin de l'autoroute 40, offre un emplacement stratégique pour un promoteur ou une entreprise. 

Rappelons que le bunker de Trois-Rivières a été confisqué le 7 mai dernier par le juge André Vincent après que des membres en règle du chapitre des Hells Angels de Trois-Rivières eurent plaidé coupable à des accusations de complots pour meurtres. Le tribunal a alors déterminé que le bunker avait servi à commettre des crimes. 

Le grand bâtiment blanc qui a déjà eu des allures de château fort était précédemment sous une ordonnance de blocage à la suite de l'opération SharQc de 2009, la plus importante rafle à viser les motards criminalisés du Canada. 

Quelques jours après la confiscation du bunker, le bâtiment a été vidé de son contenu. Plusieurs personnes affichant les couleurs des Hells Angels et de groupes sympathisants ont participé à ce grand déménagement.  

Le 30 juin dernier, le bâtiment tombait finalement sous le pic des démolisseurs.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer