Vicky Légaré citée à procès pour fraude

Une jeune femme de 30 ans, Vicky Légaré, a été citée, lundi, à subir son procès... (Émilie O'Connor, Archives Le Nouvelliste)

Agrandir

Émilie O'Connor, Archives Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Nancy Massicotte
Nancy Massicotte
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) Une jeune femme de 30 ans, Vicky Légaré, a été citée, lundi, à subir son procès en lien avec une fraude de plus de 200 000 $ qu'elle aurait commise à l'encontre d'une station-service de Manseau.

Au terme d'une enquête préliminaire, le juge Guy Lambert l'a en effet envoyée à l'étape du procès sur les chefs tels que portés, soit vol de plus de 5000 $ et fraude de plus de 5000 $. Il est vrai que le renvoi à procès n'était pas contesté par la défense, assurée par Me Matthieu Poliquin. Ce dernier voulait par contre interroger certains témoins de la Couronne à l'enquête préliminaire, et ce, afin d'évaluer leur crédibilité et la force de la preuve en vue du procès. Une ordonnance de non-publication nous interdit de dévoiler le contenu des témoignages.

Les faits qui sont reprochés à Vicky Légaré seraient survenus à la station-service Esso de Manseau entre le 1er mai 2012 et le 10 février 2014. À l'époque, elle travaillait à cet endroit. Son rôle consistait notamment à faire les dépôts d'argent à l'institution financière. Or, on l'accuse de s'être appropriée une partie de cet argent pour un montant total de 200 000 $.

Le 16 juin 2014, la jeune femme avait donc été arrêtée par les policiers de la Sûreté du Québec en vertu d'un mandat. Comme elle n'avait aucun antécédent judiciaire, la procureure de la Couronne, Me Catherine Roberge, ne s'était pas objectée à sa remise en liberté en autant qu'elle respecte plusieurs conditions. Outre un engagement financier sans dépôt de 1000 $, il lui est interdit de se rendre à la station-service et de communiquer avec le propriétaire Jean Savoie, d'avoir des documents bancaires comme des cartes de débit ou des cartes de crédit en sa possession s'ils ne sont pas libellés à son nom et d'occuper un emploi dans les domaines de la comptabilité, de la finance ou de la tenue de livres.

La cause de Mme Légaré a été reportée au 14 janvier. À cette date on pourrait alors fixer une date de procès.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer