Agression avec une masse: Marc Perron reste détenu

Marc Perron... (Photo: François Gervais, Le Nouvelliste)

Agrandir

Marc Perron

Photo: François Gervais, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Nancy Massicotte
Nancy Massicotte
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) Marc Perron, cet homme de 56 ans au lourd passé judiciaire qui aurait agressé avec une masse une adolescente de 14 ans à Trois-Rivières, restera détenu durant les procédures judiciaires intentées contre lui.

Lors de son retour devant le tribunal vendredi, Perron, qui est défendu par Me Yvan Braun, a en effet renoncé à la tenue de son enquête sur caution. On sait que l'individu compte des antécédents judiciaires en matière de crimes sexuels et de violence contre des mineurs. La juge Dominique Slater a donc ordonné la détention de l'individu.

Il sera ramené en cour le 19 novembre au stade de l'orientation. D'ici là, la communication de la preuve va se poursuivre entre la procureure de la Couronne Me Marie-Ève Paquet et la défense. 

Par ailleurs, une nouvelle accusation a été portée, vendredi, contre le suspect, soit celle de voie de fait contre un photographe du Nouvelliste. Lorsqu'il avait été amené au palais de justice le 15 octobre pour sa comparution, il s'était en effet rué sur ce photographe pour le pousser, et ce, sous l'oeil des caméras.

Ce nouveau chef vient donc s'ajouter aux autres portés contre lui en lien avec l'agression à la masse contre la jeune Nathasha. Il est en effet accusé de voies de fait graves, séquestration, voies de fait armés et possession de cannabis. 

Notons que ces accusations n'ont pas été changées. On sait que Me Marc Bellemare, l'avocat qui s'occupe désormais des intérêts de la jeune présumée victime, comprend mal pourquoi il n'a pas été accusé de tentative de meurtre. Il a même écrit une lettre à la Couronne à ce sujet. Or, la procureure avait déjà expliqué que le chef de tentative de meurtre inclut une notion d'intention qui doit être prouvée hors de tout doute raisonnable.  

Lors d'une sortie publique plus tôt cette semaine, Me Bellemare avait aussi fait état du degré de dangerosité de Marc Perron, évoquant même la possibilité qu'il soit relié à la disparition de Cédrika Provencher sans pour autant avoir de preuve en ce sens.  

Quant à la jeune présumée victime, elle était de nouveau présente, vendredi, dans la salle d'audiences. Elle était accompagnée des membres de sa famille, de proches et d'un représentant du Centre d'aide aux victimes d'actes criminels. 

Rappelons que le 13 octobre, vers 19 h 50, l'adolescente marchait sur la rue Laviolette pour aller rejoindre une amie. Voyant qu'un inconnu la suivait, elle avait fait un pas de côté pour le laisser passer, mais il l'avait plutôt agrippée et lui avait asséné une dizaine de coups de masse sans aucune raison.

La jeune fille avait fait semblant d'être morte afin qu'il cesse de la frapper mais voyant qu'il n'arrêtait pas, elle avait crié. C'est alors qu'un voisin était finalement intervenu, ce qui avait fait fuir l'agresseur.

Le lendemain avant-midi, le suspect, Marc Perron, avait été arrêté.

Plus tôt cette semaine, la victime avait indiqué au Nouvelliste qu'elle tentait toujours de contacter ce bon Samaritain pour le remercier car selon elle, «cet homme mérite le ciel».

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer