Nouvelle vague d'incendies suspects à Trois-Rivières

Ce garage incendié est une perte totale.... (François Gervais, Le Nouvelliste)

Agrandir

Ce garage incendié est une perte totale.

François Gervais, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Martin Lafrenière
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) Les pompiers de Trois-Rivières font face à une nouvelle vague d'incendies suspects. Après avoir répondu à dix feux d'origine douteuse en deux jours la semaine dernière, voilà que les pompiers ont été appelés sur les lieux de sept incendies dans la seule nuit de mardi à mercredi, tous dans le secteur de Cap-de-la-Madeleine.

La ronde des appels pour un incendie a commencé à minuit 47 dans un local inoccupé du boulevard Thibeau. Entre ce premier appel et 1 h 17, trois incendies ont été rapportés. Deux d'entre eux ont été allumés à proximité de bâtisses commerciales, alors qu'un autre a endommagé un véhicule utilitaire sport stationné tout près d'un bâtiment.

Vers 1 h 35, un feu a éclaté dans un cabanon de la rue Saint-Laurent. Puis, retour sur Thibeau à 6 h 58 lorsque le feu a été mis dans un escalier à l'arrière de l'école de danse District V. L'ancienne Picarlène était ainsi victime d'une deuxième vague d'incendies suspects à frapper ce secteur en quelques mois, la première série étant survenue en mai.

«C'est vraiment mineur. Toutes les activités fonctionnent normalement», mentionne brièvement le propriétaire, Vincent Desjardins, tout en affirmant ne pas avoir d'inquiétude quant à cette situation.

Le dernier incendie suspect s'est déroulé vers 7 h 17 sur la rue de Boucherville et a causé de sérieux dommages. À cet endroit, un feu a pris naissance dans une poubelle qui a vraisemblablement été renversée, ce qui a détruit le garage d'une maison familiale.

«Un passant est venu sonner à la porte à 7 h 25 pour me dire qu'il y avait un feu à l'arrière du garage. Il a appelé le 911 et je suis sortie avec un extincteur pour essayer d'éteindre le feu. Le feu a pris après le garage, j'étais pris dans la fumée. J'ai reculé et les pompiers sont arrivés», raconte Sonia Desrochers, la propriétaire des lieux.

Cette mère de deux jeunes enfants agit à titre de famille d'accueil pour quatre résidents. Deux résidents souffrant de handicaps physiques étaient dans la maison et les pompiers les ont sortis rapidement de la maison par prévention.

«Un des deux était dans la douche. On a sorti tout le monde, mes deux enfants et aussi les deux chiens. Les pompiers sont arrivés très rapidement», souligne Mme Desrochers, encore secouée du drame qui venait de se jouer, mais heureuse de voir que tout son monde était en sécurité et que la maison n'avait pas été touchée.

Le garage Auto-Pneu Paco sur le boulevard Thibeau a aussi été endommagé par un des incendies. Le feu a pris naissance dans des pneus à l'extérieur avant de se répandre au revêtement extérieur du bâtiment. Le directeur des opérations de la succursale, Robert Paquin, indique que les dégâts forcent le déplacement des activités de l'entreprise, possiblement pour deux semaines, dans les deux autres succursales de Trois-Rivières. «Le feu a heureusement endommagé que l'extérieur de la succursale du boulevard Thibeau. Nos équipements, l'inventaire et les pneus entreposés par les clients n'ont pas été touchés», souligne-t-il. 

Ces événements surviennent à un très mauvais moment pour Auto-Pneu Paco, alors que les automobilistes achètent ou font installer des pneus d'hiver. M. Paquin assure toutefois que son équipe répondra à la demande malgré la fâcheuse situation.

Robert Paquin n'est pas tendre à l'endroit de l'auteur de ces incendies. Il affirme «qu'il faut être dérangé pour faire ça». «Ça aurait pu être plus grave», dit-il en soulignant qu'une personne aurait pu se trouver à l'intérieur d'un des bâtiments incendiés.  

Par ailleurs, M. Paquin a remis des images de l'incendiaire présumé à la Sécurité publique et espère que cela contribuera à faire avancer l'enquête.   

La police enquête

Cette nouvelle série de feux suspects amène la police de Trois-Rivières à mener une enquête. Selon l'agent Michel Letarte, il est trop tôt pour affirmer que cette vague d'incendies est l'oeuvre d'un pyromane, même si cette hypothèse ne peut être écartée.

«Nous n'avons procédé à aucune arrestation. Mais il y a du profilage qui se fait. De par la nature des incendies, la courte période de temps, il peut y avoir des liens», raconte le porte-parole de la Sécurité publique de Trois-Rivières.

La vague d'incendies d'il y a une semaine concernait surtout des feux de poubelle. Le feu qui a détruit le garage d'une résidence de la rue de Boucherville est nettement plus sérieux, car il représentait un risque pour les habitants.

«C'est inquiétant en raison de la nature de l'incendie. On a procédé à l'évacuation. Un garage juxtaposé à une résidence, c'est plus inquiétant. Mettre le feu dans un conteneur, c'est une chose. Mettre le feu dans un cabanon ou un portique, c'est autre chose», reconnaît l'agent Letarte.

La police invite la population à lui communiquer toute information concernant la présence d'un ou des individus suspects ou sur des incidents qui peuvent paraître bizarres. Du même souffle, la sécurité publique souligne que la population ne doit pas s'inquiéter chaque fois qu'un camion de pompiers circule dans les rues de Trois-Rivières. 

Rappelons que les enquêteurs de la police de Trois-Rivières ont épinglé un individu de 50 ans soupçonné d'être l'auteur de la série d'incendies criminels allumés dans la nuit du 14 au 15 octobre. 

Stéphane Roy fait face à une vingtaine d'accusations pour ces incidents et pour d'autres de même nature qui auraient été commis le 21 septembre.

Avec la collaboration de Gabriel Delisle

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer