Courtemanche acquitté de tentative de contacts sexuels

Alexandre Courtemanche... (Facebook)

Agrandir

Alexandre Courtemanche

Facebook

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(La Tuque) L'individu qui aurait offert la somme de 100 $ à une mère pour avoir des contacts sexuels avec sa fille de neuf ans a été acquitté des accusations de tentative de contacts sexuels qui pesaient contre lui, jeudi, au palais de justice de La Tuque. Alexandre Courtemanche a par contre été déclaré coupable d'avoir exercé des voies de fait contre un agent de la paix agissant dans l'exercice de ses fonctions.

Le procureur a toutefois fait contracter un engagement en vertu de l'article 810.1 à Alexandre Courtemanche. Une mesure préventive pour éviter que l'individu puisse commettre une infraction de nature sexuelle à l'égard d'une personne âgée de moins de 16 ans.

Alexandre Courtemanche devra donc garder la paix, avoir une bonne conduite, il ne pourra pas se trouver seul avec des personnes de moins de 16 ans, sauf sous la supervision d'un adulte responsable. Il ne devra pas communiquer avec les gens concernés dans le dossier. Il lui sera défendu de chercher, d'accepter ou de garder un emploi, rémunéré ou non, ou un travail bénévole qui le placerait en relation de confiance ou d'autorité vis-à-vis des personnes de moins de 16 ans.

Quant aux accusations de voies de fait contre un agent de la paix agissant dans l'exercice de ses fonctions, l'accusé devra se soumettre à une probation de 2 ans, dont 18 mois avec suivi. Il lui est interdit de consommer de l'alcool ou des drogues. Il devra s'abstenir de posséder des armes à feu.

Alexandre Courtemanche avait été relâché le mois dernier pour aller suivre une thérapie au pavillon du Nouveau Point de Vue. Il l'a complété avec succès selon son avocate, Me Mélanie Ricard. Cette dernière était satisfaite du dénouement du dossier.

«On est satisfait. Il ne faut pas stigmatiser les gens pour des choses qui n'ont pas été commises. Les gestes sont malheureux, les paroles étaient maladroites [...] Il est déjà stigmatisé parce que le dossier a été médiatisé, mais on peut voir dans les évaluations que c'est un individu qui a un bon potentiel et que ce sont des événements liés à la consommation. Il a fait 55 jours de détention, c'est aussi une mesure assez dissuasive», a-t-elle commenté.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer