Un détenu se déchaîne au palais de justice de La Tuque

La cloison qui cachait la toilette dans cette...

Agrandir

La cloison qui cachait la toilette dans cette cellule du palais de justice de La Tuque a été arrachée par un détenu, mercredi.

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(La Tuque) David Scott Dubé Lavoie, accusé de voies de fait, a déclenché un branle-bas de combat au palais de justice de La Tuque, mercredi, après s'être vivement énervé. L'accusé, qui s'est déchaîné dans le quartier cellulaire, a arraché la cloison pour l'espace sanitaire, et ce, en présence d'un codétenu. Le bruit et les cris ont forcé la juge Guylaine Tremblay à suspendre l'appel des dossiers dans la salle d'audience.

Pendant plusieurs minutes, les coups et les cris se sont fait entendre dans la salle d'audience et dans une bonne partie du deuxième étage du Carrefour La Tuque où est situé le palais de justice. L'appel du rôle a d'ailleurs dû être suspendu. Les policiers présents dans la salle ont même été appelés à se rendre dans le quartier cellulaire.

À la reprise des activités, la juge a préféré ne pas faire venir l'individu dans la salle d'audience. David Scott Dubé Lavoie, qui avait été déclaré apte à comparaître au terme d'une évaluation, devra subir une autre évaluation. Cette fois-ci, la juge a ordonné, sur la recommandation de l'avocat de la défense, une évaluation sur la responsabilité criminelle. La juge Guylaine Tremblay a même tenu à spécifier l'état de l'individu.

«Je vais mettre des notes particulières pour indiquer que l'état de désorganisation constaté aujourd'hui était un peu le même que lors de la commission de l'infraction selon le témoin, qui est un policier», a mentionné la juge Guylaine Tremblay.

David Scott Dubé Lavoie est accusé de voies de fait alors qu'il utilisait une arme, de s'être livré à des voies de fait causant des lésions corporelles, et de voies de fait simples sur un autre individu. Il reviendra devant le tribunal en novembre.

Les gestes se seraient produits le 15 août en soirée. L'accusé aurait demandé une cigarette à la victime devant un dépanneur. La victime n'en avait pas. David Scott Dubé Lavoie lui aurait par la suite demandé s'il était juif avant de la frapper au visage avec un objet.

Un policier en civil qui passait par là a tenté de calmer l'individu, qui s'en est également pris au policier. L'accusé aurait alors été très agressif.

Rappelons que la sécurité du palais de justice de La Tuque a été fortement critiquée dans les dernières semaines, par des avocats et des agents de la paix.

L'avocate de l'accusé, Me Mélanie Ricard, avait témoigné des défaillances majeures de sécurité et de confidentialité à La Tuque. Le bâtonnier de la Mauricie, Me Alain Blanchard, avait lui aussi dénoncé la situation qu'il qualifie d'alarmante.

«On a l'impression qu'ils attendent que quelque chose arrive, un accident malheureux, avant que les gens se décident à agir. On ne voudrait pas que cela se produise et c'est pour ça qu'on veut dénoncer la situation», avait souligné, Me Blanchard dans une entrevue.

Rappelons que le palais de justice est situé au deuxième étage du Carrefour La Tuque qui abrite des organismes gouvernementaux, optométriste, notaire, comptable, dépanneur... Les détenus utilisent les mêmes escaliers et corridors que les avocats, juges, victimes et le reste des citoyens.

Le quartier cellulaire désuet, qui est un des éléments les plus problématiques, a deux cellules avec des toilettes ouvertes et une petite salle de bain pour les agents correctionnels. Aucun endroit sécuritaire pour les rencontres entre les détenus et les avocats.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer