Accident mortel: des panneaux de signalisation ajoutés

Des travaux ont possiblement été effectués, mais impossible... (Photo: Audrey Tremblay, Le Nouvelliste)

Agrandir

Des travaux ont possiblement été effectués, mais impossible de savoir par qui pour le moment. On voit sur la photo le chantier à l'abandon aux abords du pont.

Photo: Audrey Tremblay, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(LA TUQUE) Les interrogations soulevées par des résidents, après l'accident qui a fait un mort et deux blessés en Haute-Mauricie, ont été prises au sérieux par le ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs.

Des travailleurs se sont rendus sur place, mardi, afin de remédier au problème de signalisation dans le secteur où la voiture des trois jeunes hommes a plongé dans la rivière du Milieu, la semaine dernière. Certaines questions demeurent toutefois sans réponse.

«En aucun temps cela n'avait été porté à notre attention que le secteur était dangereux et qu'une signalisation accrue aurait dû être en place. Aussitôt qu'on a été avisé, hier (lundi), il y a quelqu'un qui est allé constater sur les lieux», souligne d'entrée de jeu Lucie Carpentier, conseillère aux communications régionales pour le ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs.

À la suite du constat, le ministère s'est rendu, mardi, corriger les lacunes de signalisation dénoncées par des citoyens du lac Chat et des amis de la victime de 21 ans, Michaël Lapointe.

«Le plus urgent, c'était d'aller installer des panneaux de signalisation. C'était notre priorité pour assurer la sécurité», soutient Mme Carpentier.

Par contre, le ministère s'explique encore bien mal qu'il y ait eu des travaux à cet endroi puisqu'aucun chantier n'a été ouvert.

«On a fait des vérifications de notre côté et le ministère n'a délivré aucune autorisation pour la réfection du chemin en question où se situe le pont. Il n'y a aucun chantier forestier en opération dans ce secteur-là. On ne comprend pas. À l'heure actuelle, on ne sait pas qui a pu faire des travaux dans ce secteur-là. On est à faire des vérifications pour élucider ça», affirme Lucie Carpentier.

Le pont avait fait l'objet d'une inspection en 2013 par une firme d'ingénierie qui concluait qu'aucune intervention n'était nécessaire.

Le ministère rappelle que les citoyens peuvent communiquer directement avec l'unité de gestion pour signaler des situations qui leur semblent inadéquates ou dangereuses.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer