Les faits divers en bref

Faux billets en circulation à Louiseville (Photo archives La Presse)

Agrandir

Photo archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Trois-Rivières) Faux billets en circulation à Louiseville

Des faux billets sont en circulation à Louiseville depuis le début du mois de septembre, prévient la Sûreté du Québec.

En effet, des achats dans des dépanneurs et des stations-service ont été payés avec des faux billets d'argent canadien en papier, imitant ceux des années 70 et 80. «Nous demandons aux commerçants d'être vigilants si des clients veulent payer avec des billets de papier plus anciens», souligne la Sûreté du Québec, dans un communiqué. Les citoyens peuvent se renseigner sur les moyens de reconnaître les faux billets en visitant le site Internet de la Banque du Canada au www.banqueducanada.ca/billets/series-de-billets-de-banque.

Arrestation pour un vol qualifié

Un homme de 28 ans de Shawinigan, Steve Grenier, a été arrêté par les policiers de la Sûreté du Québec, vendredi soir, à la suite d'un vol qualifié.

Masqué et muni d'une barre de fer, le suspect se serait présenté dans un dépanneur de la 5e Avenue, à Shawinigan. Il a exigé le contenu du tiroir-caisse avant de prendre la fuite à pied avec un montant d'argent indéterminé. L'homme a été arrêté lors du ratissage du secteur mené par les policiers.

Grenier a comparu, hier, au palais de justice de Shawinigan où il a été formellement accusé de vol qualifié, port de déguisement et possession de stupéfiants. La Couronne s'est objectée à sa remise en liberté de sorte que pour l'instant, il demeure détenu. Il sera ramené devant le tribunal le 8 octobre.

Un col blanc suspendu pour un appel au 911

Un employé col blanc de la Ville de Trois-Rivières a été suspendu hier pour avoir téléphoné sous un faux prétexte à la centrale d'urgence du 911 de la Sécurité publique.

L'administration municipale, qui indique que cette suspension n'a rien à voir avec l'évacuation de l'hôtel de Ville du 2 octobre dernier, affirme qu'elle n'aurait pas pris la décision de suspendre l'employé huit jours ouvrables si celui-ci avait fait un appel de bonne foi à la centrale d'urgence.

«Huit jours de suspension, il s'agit d'une sanction exemplaire», souligne le porte-parole de la Ville de Trois-Rivières, Yvan Toutant.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer