Un ex-employé de Wal-Mart a volé 16 000 $ en marchandise

La Couronne réclame qu'une peine de six mois... (PHOTO FOURNIE PAR WAL-MART)

Agrandir

La Couronne réclame qu'une peine de six mois de prison ferme soit imposée à Benoît Champagne pour avoir dérobé à son ex-employeur, Wal-Mart, plus de 16 000 $ en marchandise.

PHOTO FOURNIE PAR WAL-MART

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Nancy Massicotte
Nancy Massicotte
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) La Couronne réclame qu'une peine de six mois de prison ferme soit imposée à Benoît Champagne pour avoir dérobé à son ex-employeur, Wal-Mart, plus de 16 000 $ en marchandise.

Dans le cadre des plaidoiries sur sentence qui ont eu lieu jeudi au palais de justice de Trois-Rivières, Me Marie-Ève Paquet, procureure, a soutenu en effet que ce dernier devrait purger de la prison ferme et non une peine dans la collectivité compte tenu de nombreux facteurs aggravants dans cette affaire, dont l'abus de confiance, la préméditation et le risque de récidive qui est toujours présent.

Entre 2012 et 2014, Champagne, un homme de 32 ans de Trois-Rivières, a en effet profité de son travail de nuit comme étalagiste pour subtiliser divers objets, tout particulièrement des appareils électroniques. C'est en faisant un inventaire que son ex-employeur a réalisé qu'il enregistrait des pertes. Les caméras de surveillance du commerce auront alors permis de découvrir l'auteur des vols.

En guise de défense, le prévenu a prétendu avoir volé tous ces items pour subvenir à ses besoins et surtout à ceux de sa famille, dont son enfant de deux ans. Or, Me Paquet l'a justement contre-interrogé sur cet aspect, cherchant à savoir comment les nombreux dvd de violence, les iPad, les lecteurs Blu-ray, les haut-parleurs et autres gadgets électroniques pouvaient avoir été bénéfiques pour son enfant de deux ans, ce à quoi il a été incapable de répondre.

À la suite de son arrestation, les policiers ont retrouvé chez lui l'équivalent de 10 000 $ en marchandise diverse. Quant aux autres articles dérobés dont la valeur avoisine les 6000 $, ils ont été vendus par Champagne.

Après avoir été congédié par Wal-Mart, ce dernier prétend qu'il aurait remboursé une somme de 2500 $ à même sa carte de crédit. Or, il aurait ensuite fait faillite.

Pour sa part, son avocat Me Yvan Braun a demandé une peine qui soit à la hauteur de l'individu et du crime commis, insistant sur le fait qu'il n'avait pas d'antécédent judiciaire, qu'il n'avait pas fraudé mais plutôt volé et qu'il n'avait pas la capacité de rembourser.

Me Paquet insiste pour sa part sur les six mois de prison, en se basant sur un rapport pré-sentenciel qui est plutôt défavorable. En fait, Champagne n'aurait fait aucune démarche pour s'en sortir comme consulter un psychologue, de sorte que le risque de récidive serait toujours présent. En ce sens, elle a d'ailleurs suggéré une probation avec suivi.

Qui plus est, elle a rappelé que ses crimes ont été fréquents, qu'ils ont été commis sur une longue période, que ceux-ci ont été prémédités et que c'est lui en tout premier lieu qui en a retiré les avantages.

Le juge Bruno Langelier devrait rendre sa sentence le 19 novembre.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer