Il offre 100 $ à la mère pour des contacts sexuels avec sa fille

Alexandre Courtemanche... (Facebook)

Agrandir

Alexandre Courtemanche

Facebook

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(La Tuque) L'individu qui a vraiment semblablement offert la somme de 100 $ à la mère d'une fillette de 9 ans pour avoir des contacts sexuels a été remis en liberté, mardi, au palais de justice de La Tuque. Alexandre Courtemanche devra cependant respecter de nombreuses conditions et devra suivre une thérapie dès aujourd'hui en attendant la suite des procédures judiciaires.

Alexandre Courtemanche est accusé d'avoir tenté de commettre un contact sexuel et d'avoir exercé des voies de fait contre un agent de la paix agissant dans l'exercice de ses fonctions.

L'individu se serait présenté fortement intoxiqué à la place des artisans à La Tuque. C'est là qu'il aurait interpellé une dame et lui aurait offert 100 $ pour avoir des relations sexuelles avec sa fille, âgée de 9 ans. Les autorités l'ont amené à l'hôpital et c'est là qu'il aurait commis les voies de fait contre le policier en tentant de l'enfarger.

Des témoins de la scène auraient affirmé que l'individu se parlait à lui-même et qu'il parlait de Dieu au moment des faits reprochés.

«Mon client a été remis en liberté avec des conditions, notamment celle de compléter une thérapie pour sa consommation de drogues et d'alcool. On comprend que les faits qui se sont produits se sont produits dans un état d'intoxication grave qui altérait son jugement. Les faits reprochés, ce sont les paroles. Il n'y a pas eu de contact directement avec l'enfant et ce sont des paroles adressées à une tierce personne», a souligné son avocate, Me Mélanie Ricard.

L'individu devra se soumettre à de nombreuses conditions avant son retour devant le Tribunal le mois prochain. Il devra notamment suivre une thérapie de 28 jours. Il lui sera interdit de communiquer avec la jeune fille et sa mère. Il ne pourra pas non plus avoir un emploi, rémunéré ou non, ou un travail bénévole qui le placerait en relation de confiance ou d'autorité vis-à-vis des personnes âgées de moins de 16 ans.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer