Opération Mâchoire: trois individus règlent leurs comptes

Le nombre de plaidoyers de culpabilité ne cesse...

Agrandir

Le nombre de plaidoyers de culpabilité ne cesse d'augmenter à Shawinigan dans le cadre des procédures judiciaires entourant l'opération Mâchoire.

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Nancy Massicotte
Nancy Massicotte
Le Nouvelliste

(Shawinigan) Le nombre de plaidoyers de culpabilité ne cesse d'augmenter à Shawinigan dans le cadre des procédures judiciaires entourant l'opération Mâchoire.

Dimanche, trois autres individus ont en effet décidé de régler leurs comptes avec la justice en admettant avoir fait le trafic de cocaïne et d'autres drogues et d'avoir comploté avec des comparses en vue de faire du trafic.

C'est le cas notamment de Luc Marcotte et d'Éric Naudy. Les deux hommes avaient été arrêtés dans un stationnement à Berthierville à la suite d'une filature policière. Ils venaient alors de faire une transaction de drogue. Les forces de l'ordre avaient retrouvé dans la voiture de Naudy un demi-kilogramme de cocaïne et 10 000 comprimés de métamphétamine. Dans la voiture de Marcotte, il y avait 29 700 $ en argent.

Ils ont donc plaidé coupable à des chefs de complot et de trafic. Ils ont tous les deux écopé d'une peine de trois ans de prison. Par contre, en tenant compte du temps préventif, il leur reste 13 mois et demi à purger.

Steve Moreau a pour sa part disposé de ses dossiers en lien avec l'opération Mâchoire mais également de ses causes pendantes. L'enquête a révélé que ce dernier s'approvisionnait auprès de l'organisation de Martin Grenier afin d'opérer son propre réseau de revente de drogue. Il a plaidé coupable à des chefs de complot pour trafic et de trafic mais aussi à des chefs de possession de stupéfiants et conduite avec les facultés affaiblies notamment. En matière d'alcool au volant, il est considéré comme un multirécidiviste. Compte tenu de ses antécédents judiciaires, il a écopé d'une peine de quatre ans de prison, moins sa détention préventive, de sorte qu'il devra passer les deux prochaines années dans un établissement provincial.

En juin 2014, près de 25 personnes avaient été arrêtées par l'Escouade régionale mixte de la Mauricie lors de cette frappe qui visait le démantèlement d'un groupe de motards criminalisés en émergence. Ces derniers s'étaient octroyé le contrôle de la vente de stupéfiants à Shawinigan et à Trois-Rivières par le biais de l'intimidation et de l'usage de la force physique.

À ce jour, environ une quinzaine de personnes ont disposé de leurs dossiers et ont pris le chemin de la prison. Martin Grenier est celui qui a évidemment écopé de la plus grosse sentence avec 78 mois de prison.

Quant à la dizaine d'autres suspects, ils devraient revenir en cour le 30 octobre pour la suite des procédures judiciaires. C'est Me Nathalie Jomphe, la procureure de la Couronne, qui pilote ce dossier.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer