Clan Duchesneau: deux co-accusés plaident coupable

Le palais de justice de Trois-Rivières.... (Photo: François Gervais Le Nouvelliste)

Agrandir

Le palais de justice de Trois-Rivières.

Photo: François Gervais Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Nancy Massicotte
Nancy Massicotte
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) Deux acolytes de Jean-Yves Duchesneau ont plaidé coupable, vendredi, à des accusations en lien avec le trafic de cocaïne et la possession pour fins de trafic.

Il s'agit d'Alain Guy et d'Alain Laliberté. Ils avaient été arrêtés dans le cadre d'une vaste opération policière menée en avril 2013. Le projet Capricorne, piloté par l'Escouade régionale mixte de lutte à la drogue de la Mauricie, avait alors permis de démanteler le réseau de trafiquants de cocaïne opéré par Jean-Yves Duchesneau. La preuve amassée au fil des mois par le biais de l'observation, la surveillance, la filature et un agent d'infiltration, avait révélé que Duchesneau s'approvisionnait à Montréal pour ensuite fournir en drogue les revendeurs de la grande région de Trois-Rivières.

La frappe policière, qui avait nécessité la présence de 70 policiers, s'était traduite par l'arrestation de Duchesneau et de ses complices dont Alain Guy, Alain Laliberté, Alain Bouchard, Gérald Leboeuf et Jacques Balleux, et par neuf perquisitions. Ces dernières avaient permis de mettre la main sur un kilogramme de cocaïne.

Vendredi, Alain Guy a plaidé coupable à un chef de trafic. Le juge Guy Lambert lui a imposé une sentence de 30 mois de prison, ce qui tient compte de sa détention préventive de cinq mois. Cette peine fait suite à une suggestion commune des avocats, soit Me Jean-Marc Poirier à la Couronne et Me Pénélope Provencher à la défense.

Pour sa part, Alain Laliberté a plaidé coupable à un chef de possession de cocaïne pour fins de trafic. À une occasion, il a aidé Duchesneau à ensacher de la drogue, et ce, même s'il affirme ne pas faire partie de cette organisation. Dans son cas, un rapport présentenciel a été demandé. Il reviendra le 19 février pour sa sentence. Notons que Jean-Yves Duchesneau avait été condamné en avril dernier à une peine de sept ans de prison. Il lui reste toutefois moins de quatre ans à passer derrière les barreaux compte tenu du temps préventif passé en prison.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer