Procès de Jean Sigman: une vingtaine de témoins seront entendus

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Nancy Massicotte
Nancy Massicotte
Le Nouvelliste

(TROIS-RIVIÈRES) Le procès de Jean Sigman, 62 ans, a commencé, lundi, au palais de justice de Trois-Rivières en lien avec des incendies criminels et des fraudes contre les compagnies d'assurances.

Cet ancien lieutenant du caïd Raymond Desfossés aurait en effet profité d'une libération conditionnelle qui lui était accordée pour faire incendier trois résidences dans le but de récolter l'argent des assurances.

Les bâtiments en question étaient situés sur l'avenue du Plateau à Saint-Jean-des-Piles, sur la rue Saint-François-Xavier et sur la rue Montcalm à Trois-Rivières. Les incendies sont survenus en avril et novembre 2011, de même qu'en mars 2012.

«En fait, nous entendons faire la preuve au cours de ce procès qu'il voulait investir cet argent dans une compagnie de fruits et légumes. Son objectif était d'utiliser cette compagnie pour importer de la cocaïne», a indiqué lundi le procureur de la Couronne, Me Benoît Larouche.

Outre les accusations pour incendies criminels, Sigman fait face à des chefs de complots pour commettre des incendies criminels, de complots pour fraudes et bien sûr de fraudes. Il doit aussi répondre à des chefs de voies de fait causant des lésions corporelles, harcèlement, utilisation frauduleuse d'une carte de crédit et tentative de fraude. En tout, 20 chefs d'accusation ont été portés contre lui.

Le procès devrait durer environ deux semaines. Pas moins d'une vingtaine de personnes dont des policiers et des experts seront appelés à témoigner par la Couronne. Lundi, plusieurs documents saisis chez Sigman lors d'une perquisition menée en mai 2012 ont été déposés en preuve. Des policiers ont expliqué au juge Jacques Lacoursière la nature de ces documents et dans quel contexte ils avaient été saisis.

La défense de Sigman est assurée par l'avocat Patrice Gagnon. On sait que la cause de Sigman a été maintes fois reportée depuis 2012 puisque plusieurs avocats se sont succédé pour le représenter.

Rappelons que Sigman avait écopé en mars 2005 d'une peine frôlant les dix ans de pénitencier pour gangstérisme et complot. Il était alors considéré comme l'un des principaux lieutenants de Raymond Desfossés, caïd bien connu à Trois-Rivières et au Québec. Il a également un antécédent en matière d'incendie criminel qui date de 2003 à Entrelacs.

nancy.massicotte@lenouvelliste.qc.ca

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer