Deux trafiquants demeurent détenus

Deux présumés trafiquants de stupéfiants arrêtés le 6 août dernier à... (PHOTO ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

PHOTO ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Nancy Massicotte
Nancy Massicotte
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) Deux présumés trafiquants de stupéfiants arrêtés le 6 août dernier à Trois-Rivières ont échoué, jeudi, dans leur tentative de reprendre leur liberté au stade de leur enquête sur caution.

Yvon Giroux et Yves Champagne devront en effet demeurer derrière les barreaux durant les procédures judiciaires intentées contre eux en lien avec la possession de stupéfiants et le trafic. En dépit des efforts de leur avocat Me Alexandre Biron, le juge Jacques Trudel a en effet conclu que le risque de récidive était trop élevé en raison de leur mode de vie, de leurs antécédents judiciaires et de l'insuffisance des garanties offertes.

La procureure de la Couronne Me Julie Forget avait notamment insisté dans sa plaidoirie sur la gravité du crime et sur les quantités de stupéfiants saisis lors de cette rafle policière. Giroux, qui était visé au départ par le mandat de perquisition comme le responsable d'un point de vente, avait en sa possession 2500 comprimés de méthamphétamine, des petites quantités de cocaïne, du haschisch, de la marijuana et des Dilaudid.

Champagne, qui aurait agi comme fournisseur,  a pour sa part été retrouvé avec 15 grammes de cocaïne. Les deux suspects seront ramenés en cour le 19 août.

Toutefois, en ce qui concerne Noël Regimbald, défendu par Me Yvan Braun, il pourra reprendre sa liberté mais sous plusieurs conditions dont celles de suivre une thérapie à la Maison Carignan et de s'y trouver 24 heures sur 24 pendant les prochains mois.

Ce présumé livreur a été arrêté avec plus de 4130 comprimés de méthamphétamine, de la marijuana et 87 grammes de cocaïne. Le juge a cependant tenu compte de circonstances particulières comme son absence d'antécédents judiciaires de même nature et le fait qu'il soit sous médication à la suite d'une dépression. Régimbald reviendra en cour le 26 octobre.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer