Un forcené se barricade chez lui et menace les policiers

Le forcené s'est finalement rendu aux forces de... (Photo: Émilie O'Connor)

Agrandir

Le forcené s'est finalement rendu aux forces de l'ordre vers 16h45.

Photo: Émilie O'Connor

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Olivier Gamelin
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) Un homme âgé dans la vingtaine a provoqué un branle-bas de combat, samedi vers 10 h, alors qu'il s'est barricadé dans son logement de la rue Saint-Jacques à Trois-Rivières. Armé d'un couteau, l'individu aurait été menaçant à l'endroit des policiers, obligeant ces derniers a ériger un vaste périmètre de sécurité étendu au pâté de maisons environnant.

Visiblement dans un état second, l'individu a balancé... (Photo: Émilie O'Connor) - image 1.0

Agrandir

Visiblement dans un état second, l'individu a balancé divers objets dans la ruelle adjacente à son appartement, dont cette télévision.

Photo: Émilie O'Connor

«Nous avons reçu un appel concernant un homme qui était très agressif chez lui et qui était armé d'un couteau. À leur arrivée, les policiers ont constaté qu'effectivement, l'homme était armé d'un couteau, qu'il était agressif et qu'il s'enfermait dans son logement. Les policiers ont tenté des approches avec l'homme en question, par contre, la personne était un peu incohérente», signale la porte-parole de la Sécurité publique de Trois-Rivières, Carole Arbelot.

Jusqu'à la levée du périmètre de sécurité, vers 17 h, cinq blocs appartements ont été évacués. Au plus fort de la crise, l'homme s'est présenté à son balcon situé au troisième étage, pointant son couteau en direction des policiers. À plusieurs reprises, il a balancé des objets divers dans la ruelle adjacente, entre autres une télévision à écran plat et une chaise à bascule. Il aurait également fracassé une des fenêtres de son appartement.

L'homme s'est finalement rendu aux policiers vers 16h45 sans résister à son arrestation. Selon certains témoins, il se serait lacéré les avant-bras et la poitrine à l'aide de son arme blanche. Au moment de son arrestation, du sang coulait toujours sur son corps. L'homme a été transporté à l'hôpital.

«Il s'est infligé quelques blessures qui semblaient superficielles. Dès que les policiers en ont pris charge, il a été transféré immédiatement au CHRTR. Des accusations pourraient être portées, nos enquêteurs vont étudier la question. Nous verrons également son état de santé et, possiblement, son état de santé mentale pour savoir si on va porter des accusations ou non», précise Mme Arbelot.

Les policiers de la Sécurité publique de Trois-Rivières ont fait appel aux services de la Sûreté du Québec, mais constatant que le forcené se rendait calmement aux forces de l'ordre, le corps policier provincial n'a pas eu à intervenir.

Raymond Mailloux est voisin de palier du forcené. Témoin de la scène, il avoue avoir nourri une certaine crainte lorsque l'individu a tenté d'enfoncer la porte de son logement samedi matin. «Y'a essayé d'entrer chez moi, j'ai eu peur», s'exclame-t-il. «Il semblait buzzé à matin», laisse entendre M. Mailloux.

Un son de cloche repris par une voisine immédiate qui, elle aussi, a été évacuée. «À 8 h ce matin (samedi) il était déjà sur sa galerie et pitchait plein d'affaires en bas et il parlait tout seul. Quand je suis revenue de l'épicerie, il était encore là. Je ne l'ai pas enligné, je suis montée directement chez nous. Lorsque j'ai regardé par ma porte, j'ai vu qu'il jouait avec des gros couteaux. Il avait un gros bandage sur le bras et il avait du sang. Quand j'ai vu les couteaux... Tu sais jamais! Un moment donné, il y a quelqu'un qui a appelé la police», rapporte la voisine qui s'est inquiétée toute la journée pour sa voiture stationnée au pied du balcon d'où l'homme jetait des objets divers.

«Je perds une journée de vacances, mais en même temps je me dis que c'est bien moins pire que sa vie à lui. C'est pas drôle, sa vie, à ce petit pite-là», ajoute la voisine avec compassion.

Durant les événements, un poste d'accueil a été ouvert dans les locaux du centre Landry, situé à proximité, afin d'accueillir les résidents évacués.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer