Un bon Samaritain reçoit une décharge de 14 000 volts

Un bon Samaritain l'a échappé belle, mardi soir,... (Photo: Olivier Croteau Le Nouvelliste)

Agrandir

Un bon Samaritain l'a échappé belle, mardi soir, alors qu'il s'apprêtait à porter secours à un automobiliste qui venait de percuter un poteau d'Hydro-Québec.

Photo: Olivier Croteau Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Olivier Gamelin
Le Nouvelliste

(Notre-Dame-du-Mont-Carmel) Un bon Samaritain l'a échappé belle, mardi soir. Alors qu'il s'apprêtait à porter secours à un automobiliste qui venait de percuter un poteau d'Hydro-Québec, le jeune homme de 19 ans est entré en contact avec un fil électrique sous tension, recevant une violente décharge de 14 000 volts.

Un bon samaritain l'a échappé belle, mardi soir. Alors qu'il s'apprêtait à porter secours à un automobiliste qui venait de percuter un poteau d'Hydro-Québec, le jeune homme de 19 ans est entré en contact avec un fil électrique sous tension, recevant une violente décharge de 14 000 volts.

La première séquence des événements est survenue vers 22 h 45. Un automobiliste roulait sur la route Landry, à Notre-Dame-du-Mont-Carmel, lorsqu'un chevreuil a bondi devant son véhicule. Tentant d'éviter l'animal, l'automobiliste a donné un coup de volant, geste qui l'a entraîné directement sur un poteau d'Hydro-Québec planté à proximité du poste de distribution de la société d'État.

L'automobiliste n'a pas été blessé malgré la force de l'impact. Le poteau a été sectionné.  «En voulant éviter le chevreuil, l'automobiliste a effectué une sortie de route et a frappé le poteau électrique. Le poteau a été coupé et les fils également ont été coupés», précise la sergente Éloïse Cossette, porte-parole de la Sûreté du Québec.

Deuxième séquence: témoin de la scène, un jeune homme de 19 ans s'est arrêté pour venir à la rescousse de l'automobiliste, toujours à l'intérieur de son véhicule. En raison de la pénombre, le bon samaritain n'a pas aperçu les fils électriques qui étaient toujours sous tension. Lors du contact, ce dernier a reçu une décharge de 14 000 volts.

À titre de comparaison, le câblage électrique qui achemine l'électricité à une résidence est composé de deux fils combinés de 120 volts chacun.

À l'arrivée des policiers, le jeune homme tenait toujours sur ses jambes. «Il était conscient, il parlait, et on voyait qu'il avait des blessures à un pied. Il a été conduit à l'hôpital afin de vérifier si son état est correct. Même si, visuellement, il a juste des blessures à un pied, il faut s'assurer qu'il n'ait pas de blessure ailleurs», note la sergente Cossette, en appelant les citoyens à la vigilance dans pareille situation.

«Même quand nos policiers interviennent, on y pense. Parfois on arrive vite et on ne voit pas nécessairement le fil électrique, mais il faut être prudent», ajoute la porte-parole.

Selon Lynda Laquerre, porte-parole d'Hydro-Québec, «il n'y a jamais de petits chocs», c'est-à-dire que tous les accidents électriques peuvent être potentiellement dangereux. Mme Laquerre rappelle que la gravité des conséquences inhérentes à un choc électrique découlent principalement de quatre éléments. Premièrement, la tension électrique.

«Est-ce que c'est une basse tension, une moyenne tension, une tension autre? Dans ce cas-ci, c'était une ligne de  25 000 volts, mais un conducteur est tombé au sol, d'où le 14 000 volts enregistrés», mentionne Mme Laquerre.

Deuxièmement, la résistance. «Est-ce qu'on est en présence de matériaux isolants, conducteurs ou très conducteurs?», questionne la porte-parole.

Troisièmement, le trajet emprunté par l'électricité dans le corps peut avoir une incidence sur les blessures occasionnées.

Enfin, la durée du choc. «Tous ces éléments sont à considérer lorsqu'une situation malheureuse arrive», conclut Mme Laquerre, en témoignant ses sympathies à la famille du blessé.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer