Une artiste de Trois-Rivières fauchée à mort par une remorque

L'artiste Chantal Berthiaume est décédée des suites de... (Sylvain Mayer)

Agrandir

L'artiste Chantal Berthiaume est décédée des suites de ses blessures après avoir été hertée par une remorque mercredi.

Sylvain Mayer

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Trois-Rivières) Une artiste de Trois-Rivières a connu une bien triste fin. Chantal Berthiaume est morte après avoir été heurtée, mercredi vers 16 h 30, par une remorque qui s'est détachée, alors qu'elle travaillait sur une sculpture devant le commerce Aux mille et une fêtes. La dame est décédée hier matin des suites de ses blessures.

Le conjoint de Chantal Berthiaume, Sylvain Michaud. ... (Olivier Croteau) - image 1.0

Agrandir

Le conjoint de Chantal Berthiaume, Sylvain Michaud. 

Olivier Croteau

Son conjoint, Sylvain Michaud, a assisté impuissant à la scène. Quelques heures après le décès de l'artiste trifluvienne, il était de retour sur le site de l'accident. «Elle est décédée en faisant ce qu'elle aimait, avec le sourire. Elle me souriait et elle est disparue alors qu'elle ne sentait plus rien après l'impact», a confié Sylvain Michaud, très secoué par les tragiques événements. «Son coeur a arrêté de battre ce matin [hier], mais elle est morte mercredi après l'accident.» 

Le couple travaillait sur une sculpture de style totem sur les oiseaux et la végétation de la Mauricie devant le commerce de la rue Royale. Les deux artistes voulaient réaliser une oeuvre à l'extérieur afin d'avoir un contact direct avec le public et les résidents du quartier. La victime s'affairait sous un chapiteau à pratiquer son art lorsqu'un véhicule de type Econoline est passé non loin du commerce Aux milles et une fêtes. Lorsque le véhicule a traversé le chemin de fer situé à proximité, la remorque qu'il tirait s'est détachée, frappant de plein fouet la dame et son conjoint. «Fatalité, la remorque s'est dirigée droit sur le petit chapiteau», souligne l'agent Michel Letarte, porte-parole de la Sécurité publique de Trois-Rivières. 

L'homme s'en est tiré indemne, malgré un violent choc nerveux. «On parlait ensemble et elle me disait à quel point elle aimait ce qu'elle faisait et qu'elle était fière de son travail. Chantal était une vraie bonne peintre», se souvient son conjoint. «Elle riait, me faisait rire et elle est disparue à dix pouces devant moi, frappé par la remorque.» 

Le propriétaire du commerce Aux milles et une fêtes, Guy Cyrenne, offrait gratuitement une partie de son terrain aux deux artistes. Bien qu'il n'ait pas été témoin de l'accident, il indique qu'un état de panique s'est emparé du secteur à la suite de la collision. «On nous a demandé de rapidement téléphoner aux ambulanciers», dit-il. 

À l'instar de plusieurs personnes, M. Cyrenne a déposé des objets sur le site de l'accident, afin de rendre hommage à l'artiste disparue. Ces gestes touchent le conjoint de l'artiste. «Des gens du quartier et des travailleurs qui passaient souvent devant l'endroit sont venus nous voir», souligne-t-il avec les larmes aux yeux.

Les reconstitutionnistes en scène d'accident, appuyés par les enquêteurs de la Sécurité publique de Trois-Rivières, mènent actuellement une enquête pour comprendre les circonstances de cette tragédie et savoir s'il s'agit d'un bête accident ou s'il y a eu négligence de la part du conducteur du véhicule qui tirait la remorque. Selon M. Michaud, la remorque n'était pas attachée par des chaînes de sécurité. 

L'organisme Culture Mauricie a affirmé dans un communiqué avoir appris «avec une profonde tristesse» le décès de Chantal Berthiaume. «Les deux artistes s'affairaient depuis le mois de mai dernier à créer une oeuvre composée de différents matériaux de recyclage et de la peinture sur toile marouflée», explique Culture Mauricie qui n'hésite pas à décrire Chantal Berthiaume comme une artiste authentique habitée par une force tranquille. 

«L'équipe de Culture Mauricie est profondément touchée par la perte d'une de ses membres appréciées de tous. Chantal Berthiaume était une artiste sensible et vraie. Sa recherche touchait deux volets distincts: la peinture et les métiers d'art explorés à travers ses préoccupations en lien avec l'écologie et l'environnement», soutient Nathalie Girard, coordonnatrice aux communications de Culture Mauricie. 

«Ses tableaux de grands formats montrent de façon réaliste des portraits d'oiseaux en gros plans. Elle souhaitait ainsi conscientiser le spectateur à la beauté de la nature, l'obligeant à s'arrêter, à observer et à se questionner sur la place qu'il occupe dans l'environnement.» 

Culture Mauricie affirme que la démarche artistique de Chantal Berthiaume s'est précisée en 2003, lorsqu'elle a suivi une formation en Italie sur la technique des bouteilles de sable. «Elle créait ainsi des paysages avec du sable placé minutieusement dans des bouteilles recyclées», note Mme Girard. «Ses oeuvres ont été en vente et exposées chez EMA Expérience métiers d'art, sur la rue des Ursulines à Trois-Rivières. EMA a aussi été une initiative dans laquelle elle s'était engagée sans compter.»

En plus de ses nombreux projets, Chantal Berthiaume partageait son savoir-faire en offrant des ateliers de dessins et de peinture. De plus, elle a participé au Centre d'exposition Raymond-Lasnier à une résidence d'artiste où elle a réalisé un projet d'exposition avec un groupe d'aînés de la résidence Les Marronniers.

Avec la collaboration d'Olivier Gamelin

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer