Révision de décision refusée pour Valérie Poulin-Collins

Valérie Poulin Collins... (Sylvain Mayer)

Agrandir

Valérie Poulin Collins

Sylvain Mayer

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Nancy Massicotte
Nancy Massicotte
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) Valérie Poulin-Collins a tenté d'obtenir une révision de la décision rendue en mars dernier par la Commission québécoise des libérations conditionnelles mais ses démarches ont été vaines.

La jeune femme, qui a enlevé un poupon en mai 2014 au CHRTR, a en effet porté en appel le refus de la CQLC de lui accorder une sortie préparatoire à la libération conditionnelle. Par le biais de son avocate, Me Karine Bussière, elle a demandé à un comité de révision d'annuler la décision du 12 mars 2015 et de lui accorder cette sortie préparatoire. Elle invoquait notamment le fait que la Commission n'aurait pas respecté le principe de justice fondamentale en omettant de faire l'écoute en entier d'un DVD audio portant sur les excuses de Valérie Poulin-Collins à la famille, des recommandations du juge Jacques Trudel et du plan d'intervention élaboré spécifiquement pour elle dans l'éventualité de sa libération conditionnelle. 

L'avocate soumettait aussi des erreurs d'équité procédurale et des erreurs dans l'évaluation du risque de récidive et du risque assumable pour la société. Plus précisément, on reprochait à la Commission de ne pas avoir suffisamment motivé sa décision et de ne pas avoir tenu compte des rapports sur la dangerosité rédigés par des psychiatres de l'Institut Philippe-Pinel. 

Or, le comité de révision confirme la décision de la Commission. Les trois commissaires soutiennent que les principes de justice fondamentale ont été respectés, que Valérie Poulin-Collins a été traitée avec respect et écoutée lors des audiences. 

Plus de détails dans l'édition de mardi.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer