Gaétan Jr Despins coupable de menaces contre une procureure

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Nancy Massicotte
Nancy Massicotte
Le Nouvelliste

(SHAWINIGAN) Gaétan Jr Despins, de Shawinigan, a été déclaré coupable, mardi, de menace à l'endroit d'une procureure de la Couronne du district judiciaire de Saint-Maurice.

Le juge Michel Babin l'a cependant acquitté de la seconde accusation portée contre lui, soit d'avoir intimidé une personne associée au système judiciaire dans le but de nuire à l'exercice de ses attributions.

Le 12 septembre 2013, Gaétan Jr Despins a rencontré un procureur de la Couronne dans les corridors du palais de justice de Shawinigan. Il s'agit de Me Louis-Charles Bal. Les deux hommes ne sont pas amis mais ils se connaissent en raison notamment des activités sportives de leurs enfants. Despins est alors en colère parce qu'il vient d'apprendre que la collègue de Me Bal, Me Vicky Belleville, a porté des accusations de voies de fait contre lui pour des gestes qui auraient été commis à l'encontre de son fils. Il a non seulement tenu des propos disgracieux sur Me Belleville mais il a surtout affirmé que s'il la voyait, il allait lui mettre son poing sur la gueule, tout en mimant le geste.

Une plainte a par la suite été portée via les constables spéciaux et un procureur de l'extérieur de la région a été saisi du dossier. Après vérifications, il a autorisé deux chefs d'accusation contre Gaétan Jr Despins, soit menace et intimidation.

Lors d'un procès qui s'est tenu dernièrement, l'accusé a admis certains propos mais a nié avoir proféré des menaces. De son côté, Me Bal a été appelé à témoigner sur les événements qui étaient survenus.

Dans son jugement, le juge a expliqué qu'il avait dû évaluer la crédibilité des deux parties puisque les versions étaient contradictoires. Or, il n'a pas cru Gaétan Jr Despins. Il a notamment relevé à titre d'argument que le prévenu avait traité son ex-conjointe de menteuse, et ce, même s'il a des antécédents judiciaires de menaces contre elle. Sa version n'a pas soulevé un doute raisonnable dans l'esprit du juge.

Par contre, le témoignage de Me Bal a été très convaincant selon le juge Babin. Certes, il a déjà rencontré M. Despins dans le passé mais en aucun temps, il n'a pris parti. Me Bal avait même hésité avant d'informer ses supérieurs sur les menaces dont il avait été témoin.

Toutefois, le chef d'intimidation inclut une notion d'intention coupable, soit de provoquer la peur pour nuire au travail d'une personne associée au système judiciaire. En ce sens, le tribunal estime que la preuve n'a pas été faite que le prévenu voulait que la menace soit bel et bien transmise à Me Belleville afin de l'empêcher de travailler. (Notons d'ailleurs que son dossier de voies de fait contre Despins a été transféré à un procureur de l'extérieur.)

Il l'a par contre déclaré coupable sur le chef de menace.

Mardi, Me Belleville a été appelée à témoigner sur les conséquences que cette menace avait eu dans sa vie. Elle a avoué être tombée sous le choc en apprenant la nouvelle. Elle se trouvait alors à son domicile. Son réflexe premier a été de verrouiller ses portes, de surveiller son voisinage et d'appeler les policiers. «Je le savais capable d'être violent avec les femmes car j'avais déjà travaillé dans ses causes. J'étais très inquiète pour moi et ma famille», a-t-elle avoué.

D'ailleurs, dans les six mois qui ont suivi, elle est devenue très vigilante lorsqu'elle se trouvait au palais de justice ou dans les endroits publics. «Cela a pris du temps avant que je retrouve une certaine quiétude», a-t-elle ajouté.

Les plaidoiries sur la sentence ont par ailleurs été reportées à une autre date. Le juge a en effet autorisé la confection d'un rapport présentenciel sur Despins pour faire suite à une demande de son avocat. Compte tenu des délais dans ce domaine, la cause a donc été remise au 25 août pour la forme.

Gaétan Jr Despins a plusieurs antécédents judiciaires. Il doit d'ailleurs revenir en cour le 25 août pour subir un procès dans une affaire de voies de fait. Il est présentement sur le coup d'un engagement de garder la paix pour une période d'un an.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer