Des motorisés se stationnent pratiquement dans le cimetière

Ces photos ont donné lieu à des dizaines... (Photo tirée de Facebook)

Agrandir

Ces photos ont donné lieu à des dizaines de commentaires de personnes qui ont hautement critiqué la situation. Toutefois, le président de la fabrique de Louiseville, Yvon Picotte, mentionne que les corps sont enterrés devant les pierres tombales, ce qui fait que les motorisés se trouvent à l'arrière de celles-ci.

Photo tirée de Facebook

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Martin Lafrenière
Le Nouvelliste

(Louiseville) La présence de quelques véhicules motorisés sur un terrain adjacent au cimetière de Louiseville a enflammé les réseaux sociaux après la publication vendredi soir d'une photo d'un motorisé installé un peu trop près d'une pierre tombale, mais sans jamais avoir causé quelque profanation que ce soit.

La présence de quelques véhicules motorisés sur un... (Facebook) - image 1.0

Agrandir

Facebook

L'événement Salut Poirier attire chaque année des milliers de visiteurs à Louiseville. L'activité se tenait en fin de semaine et de nombreux festivaliers se déplacent alors à Louiseville en véhicules récréatifs, ce qui peut créer des problèmes de circulation. Pour éviter cela, la fabrique de Louiseville a donné son accord à ce que son terrain jouxtant le cimetière soit utilisé comme stationnement pour une quinzaine de véhicules récréatifs.

Sauf qu'au moins deux chauffeurs de motorisés ont visiblement trop reculé leur véhicule, ce qui fait que l'arrière du motorisé surplombait le cimetière. Un des deux véhicules récréatifs était stationné à côté d'une pierre tombale. Mais lorsque la partie rétractable du motorisé a été déployée, la perspective de l'image véhiculée sur Facebook est grandement changée, estime Pierre Poirier.

«C'est aucunement un non-respect. Ce sont des personnes âgées de 70 ans. Ils ne sont pas là pour faire des mauvais coups. J'ai vu ça sur Facebook, ma gardienne de nuit m'a averti de la situation. Dès que j'ai su ce qui s'était passé, je suis allé voir. Il y avait au moins cinq pieds entre le véhicule récréatif et la pierre tombale. Je suis retourné le lendemain matin, vers 7 h. Je leur ai demandé poliment d'avancer leur motorisé. Les gens se sont excusés et ça a même pas pris une heure que tout était réglé. Ce n'est pas de la mauvaise intention», raconte M. Poirier à propos de ce sujet qui a entraîné près de 100 commentaires sur Facebook.

Yvon Picotte, président de la fabrique de Louiseville, explique que l'organisme a acheté ce terrain il y a quelques années en prévision d'une expansion du cimetière. En attendant, il peut servir à quelques reprises à stationner des motorisés, comme ce sera le cas encore cette année pour le prochain Festival de la galette de sarrasin.

«Il y a quelqu'un qui a reculé son motorisé et qui s'est mis trop près d'une pierre tombale. Il a manqué de jugement. Il n'a rien brisé. S'il garde la distance d'une fosse, ça aurait été préférable. Mais le motorisé ne profane pas le corps d'un défunt, il n'est pas embarqué sur la tombe. Ce qu'on voit sur la photo est qu'il n'y a eu aucune profanation. Mais ce que ça donne comme perception est que quelqu'un qui ne connaît pas les lieux peut penser que c'est le cas», estime M. Picotte.

Nathalie Pagé est une petite-fille du couple Deveault-Masson, dont la pierre tombale a côtoyé de près un motorisé en fin de semaine. Elle a appris la situation par les médias sociaux et avoue que le tout a causé un réel malaise au sein de la famille.

«Quand j'ai vu passer ça sur Facebook, je trouvais ça bizarre. Je me suis rendue en personne. Le véhicule récréatif était moins proche, il y avait une distance d'un mètre. La personne du véhicule récréatif a manqué de respect. Je me mets à la place de mes tantes et si quelqu'un était passé par le cimetière... Mais je ne veux pas en faire un sujet de controverse. La page est tournée.»

Selon Pierre Poirier, près de 1500 motorisés ont passé par Louiseville en fin de semaine. Le promoteur du festival insiste sur la courtoisie démontrée par les visiteurs. «On a eu près de 3000 personnes au festival, c'est bon pour l'économie, on a un bon accueil ici. C'est la huitième année que je viens à Louiseville et je n'ai jamais eu de problème. Je suis ici pas pour détruire, mais pour construire.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer