Quatre ans de pénitencier pour le pédophile récidiviste Patrick Bachand

Patrick Bachand a été condamné, jeudi, à une... (Stéphane Lessard)

Agrandir

Patrick Bachand a été condamné, jeudi, à une peine de quatre ans de pénitencier pour avoir agressé sexuellement une fillette de cinq ans en 2014.

Stéphane Lessard

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Nancy Massicotte
Nancy Massicotte
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) Patrick Bachand, un récidiviste en matière de pédophilie, a été condamné, jeudi, à une peine de quatre ans de pénitencier pour avoir agressé sexuellement une fillette de cinq ans en 2014.

En raison de sa détention provisoire, il lui reste cependant trois ans et deux mois à purger. Il a également été déclaré délinquant à contrôler pour les dix prochaines années, ce qui va impliquer un encadrement très serré de la part des autorités à sa sortie de prison.

Le juge Bruno Langelier n'a pas caché qu'il représentait toujours un certain risque. «Votre récidive démontre à quel point vous êtes aux prises avec cette déviance», a-t-il mentionné.

Entre le 1er août 2014 et le 7 octobre 2014, il s'est livré à des agressions sexuelles sur un enfant âgé de cinq ans. Outre plusieurs attouchements sexuels, il l'a masturbé à quelques reprises et lui a demandé de se masturber sur lui. Il a aussi incité sa victime à lui caresser les parties génitales.

Ces délits ont été portés à la connaissance des policiers lorsque l'enfant a commencé à se montrer les fesses à l'école et qu'il a verbalisé à une éducatrice les attouchements dont il était victime dans le cadre d'une séance de sensibilisation sur les abus sexuels.

De son côté, Bachand, qui souffre également de problèmes de toxicomanie, avait avoué à un intervenant d'un centre de désintoxication qu'il éprouvait du désir pour cet enfant. Une enquête avait alors été entreprise. Dès le début, le prévenu avait cependant collaboré avec la justice et il avait plaidé coupable peu de temps après sa comparution.

La sentence qui lui a été imposée, jeudi, par le juge Bruno Langelier fait suite à une suggestion commune faite par la procureure de la Couronne, Me Catherine Roberge et l'avocate de la défense, Me Karine Bussière.

Elle tient compte notamment de ses antécédents judiciaires. Ses premières agressions remontent en 1995. Bachand avait profité du sommeil d'une jeune fille pour abuser d'elle sexuellement. En 2001, il avait violé une autre petite fille qu'il gardait chez lui. Il lui avait même inséré un bas dans la bouche pour éviter que l'enfant de huit ans ne crie. En 2002, il avait écopé d'une sentence de 30 mois de pénitencier pour ses crimes mais en avait purgé 24 mois.

À partir de maintenant, il sera inscrit à vie sur le Registre des délinquants sexuels. Il devra également respecter certaines ordonnances dont celles de ne pas se trouver dans des lieux publics où des jeunes de moins de 16 ans peuvent se trouver, d'être en contact avec eux ou d'occuper un emploi qui le placerait en leur présence.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer