Un chasseur attaqué par un ours en Mauricie

Un chasseur a été attaqué par un ours,... (Photo: Archives PC)

Agrandir

Un chasseur a été attaqué par un ours, mercredi soir. Il souffre de plusieurs blessures.

Photo: Archives PC

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(La Tuque) Un chasseur expérimenté a eu toute une frousse, mercredi soir, alors qu'il a été attaqué par un ours noir dans la Zec Chapeau-de-Paille, en Mauricie. L'homme d'une soixantaine d'années a été grièvement blessé à un bras, mais on ne craint pas pour sa vie.

«Il était dans sa cache dans un arbre, l'ours est monté. Il a été agressé. [...] C'est quelqu'un qui avait une très grande expérience de chasse», a souligné la préposée à l'accueil de la zec, Ghislaine Flageole.

Le malheureux événement a eu lieu à plusieurs kilomètres du chalet d'accueil. L'ours serait monté à trois reprises dans l'arbre pour s'en prendre à l'homme. «Les chasseurs mettent souvent leurs choses au pied de l'arbre et ils les montent avec une corde. Il a réussi à profiter d'une seconde d'inattention de la bête et il a monté son sac à dos. Il avait du poivre de Cayenne à l'intérieur et il a réussi à lui en envoyer pour l'incommoder», raconte Mme Flageole.

La victime en aurait alors profité pour descendre et courir jusqu'à sa voiture. C'est par la suite qu'il est allé rejoindre ses compagnons de chasse. Ils se sont déplacés dans un chalet pour appeler les secours. «Les ambulanciers l'attendaient ici au poste d'accueil», a expliqué la dame.

Cette dernière a également eu des nouvelles de l'homme quelques heures après l'événement. Jeudi, il était encore à l'hôpital de Shawinigan en attente d'une opération. «Il a un bras assez magané», lance-t-elle.

C'est d'ailleurs le constat qu'a fait le premier répondant qui s'est rendu sur les lieux. «Il était conscient quand il est arrivé, mais il avait des blessures assez graves au bras droit. On a stabilisé la victime et elle a pris la direction du centre hospitalier de Shawinigan en ambulance», a fait savoir Fabrice Brière du Service incendie de la Vallée du Saint-Maurice. Il s'agissait d'ailleurs de sa première intervention pour une attaque d'ours.

Pour le président de la zec Chapeau-de-Paille, il est encore trop tôt pour faire des commentaires, les dirigeants veulent prendre le temps d'avoir toutes les réponses à leurs questions. «Au moment où l'on se parle, on n'en sait vraiment pas beaucoup. [...] Oui, on est surpris parce que c'est très rare qu'il y a des incidents de cette nature avec les animaux. Est-ce qu'ils étaient sur un site d'appâtage, est-ce qu'il y avait des petits proches de là, ont-ils été imprudents? Je ne le sais pas. On ne peut rien avancer pour le moment», a souligné Jacques Guillemette.

La chasse à l'ours est ouverte au printemps sur la zec Chapeau-de-Paille, mais les démarches pour l'ouvrir à l'automne ont déjà été entamées en raison de la croissance de la population d'ours. «Il y a un peu plus d'ours que d'habitude. Ce sont des prédateurs pour les animaux comme l'orignal. À la dernière assemblée, il y a eu une demande pour remettre la chasse à l'ours à l'automne. On veut maintenant garder le cheptel d'orignaux», a conclu M. Guillemette.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer